Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:15

Sortie : 4 mars 2011

Label : Stroboscopic Artefacts

Genre : Techno organique

Note : 8,5/10

 

Il manquait un album de techno permettant enfin de situer positivement 2011. Lucy débarque avec son premier album et s’impose immédiatement dans le peloton de tête de l’année. Wordplay For Working Bees est une petite tuerie. La surprise est d’autant plus grande qu’on ne l’avait pas vu venir. En effet, l’Italien Luca Mortellaro ne nous avait pas, jusqu’à présent, titiller durablement les conduits auditifs. Quelques maxis depuis 2007, la mise en place de son propre label, Stroboscopic Artefacts, et le voilà prêt à lâcher son premier album.

 

Wordplay For Working Bees est d’une noirceur abyssale, un album de techno pétri dans le métal le plus corrosif qui soit, une odyssée anxiogène dont il est difficile d’échapper. L’album échappe aux cases réductrices. Le confiner à une simple appellation techno frôle le blasphème. En effet, jamais Wordplay For Working Bees n’impose une rythmique répétitive frontale, jamais la moindre mélodie ne tente une infime incursion. Tout se concentre uniquement sur une ambiance deep, dark et introspective. On reconnaît pourtant les influences du disque que sont le label Ostgut Ton avec Marcel Dettmann pour les sonorités organiques et Shed pour l’absence de compromis mais aussi Shackleton pour l’intense aspect immersif.

Worldplay For Working Bees est un album qui se mérite tant son aspect anxiogène vous encercle. On ne négocie pas avec la peur. Vous avez l’impression de vous retrouver enfermé dans une vaste, sombre et glaciale cellule métallique. Les pulsations cardiaques et les bruits inquiétants de Tof font alors figures de mise en bouche. A mesure que l’album étant son univers, l’escalade vers une angoisse de plus en plus palpable s’impose. Les 9 minutes rampantes de Bein vous laissent seul, dans votre cellule, face à une meute hostile de veuves noires et alors que vous pensiez en avoir fini avec ces sales bestioles, voilà qu’un essaim d’abeilles africaines surgit à l’écoute de Gas. Acculé dans un recoin, les piqûres font offices de modestes démangeaisons vis-à-vis des hallucinations auditives qui s’enchaînent. Soyons clair, si vous n’aimez pas les insectes, vous allez en baver durant l’écoute de cet album et quoi qu’il en soit, vous ne regarderez plus jamais Microcosmos de la même façon. Heureusement qu’une fine accalmie survient avec un Es aux nappes évanescentes avant d’être enfin libéré de cette prison par un Ter lumineux.

 

Lucy signe une partition techno impressionnante de puissance contenue. Cet objet hybride échappe à toute classification et redéfinit en profondeur les bases de la techno. Lucy frappe très fort avec ce premier album faisant preuve d’une remarquable maîtrise technique et d’une totale absence de compromis. En convoquant vos pires phobies, Wordplay For Working Bees se révèle malsain et vicieux. Fascinant.

 

 

http://www.israbox.com/uploads/posts/2011-03/1299220795_3lucy-wordplay-for-working-bees-sacd001.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Hero 08/11/2012 22:59

Ah la la... Stoboscopic Artefacts est un très bon label. D'ailleurs c'est un des seuls à proposer certains de leurs titres en 24 bits la série des Stellate) parfait pour les audiophiles. J'ai
beaucoup aimé cet album et tant d'autres chez eux, il y a un sérieux travail de production et de mastering, des gars qui aiment le travail bien fait. Un mix avait été mis en ligne à télécharger
gratuitement il y a quelques temps sur Resident Advisor, nommé Monad Continuum. Foncez si vous ne l'avez pas encore téléchargé !

Poulain 01/06/2012 11:20

Houlala, je suis à la masse - mais bon, même si ma découverte est tardive :/ Vraiment impressionnant !

Paranoiak 02/03/2012 05:15

Excellent album ! J'ai adoré le dernier album de Xhin sur ce même label.

ARTY 28/03/2011 22:20


Excellent album en esperant qu'il passe à PARIS. D'ailleurs en parlant de OTSGUT TON est-ce que il y en a qui vont a la soirée du samedi 2 AVRIL SHED JOHN ROBERTS sa risque d'être assez enorme
:)!!!


Chroniques électroniques 28/03/2011 22:26



Il faut que la soirée Berghain tombe le même soir que le Time Warp !


De mon côté, je serai du côté de Mannheim pour m'en prendre plein les oreilles. Et je reviendrai d'ailleurs sur le festival dès le début de semaine prochaine.


Mais pour les autres, la soirée à la Gaité Lyrique s'annonce incontournable.


 


B2B.



BOUCHONNEAU 28/03/2011 18:31


Effectivement album bien réussi et je me demandais même si vous alliez le chroniquer. Entre Dettmann & Shed, je citerais aussi Alex Smoke version dernier album comme référence. Les titres mis
mot à mot doivent définir une phrase il me semble mais je ne me souviens plus le sens. En tout cas pour moi le premier véritable coup de coeur techno en cette année 2011.


Chroniques électroniques 28/03/2011 21:02



Bien vu pour le côté Alex Smoke... je suis entièrement d'accord.