Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 21:16

Sortie : février 2011

Label : Project: Mooncircle

Genre : Abstract hip hop

Note : 7

 

Le titre After 4AM sur la compilation The Moon Come Closer (chroniqué ici) avait éveillé notre attention. Project: Mooncircle a fait naturellement de nouveau appel à lui sur Finest Ego / Russian Beatmakers (chroniqué ) avec The Roots. Le label sort maintenant le premier long format de Long Arm, où l'on retrouve son goût du jazz, des samples enfummés et sa créativité. Le producteur russe, faute de platine et après avoir appris le piano, a débuté sur un vieil enregistreur de vinyles, influançant à long terme son travail. Son album se veut "une réflexion sur le monde, où les sentiments humains et les pouvoirs naturels sont liés ensemble".

 

C'est avec un certain plaisir que l'on retrouve les titres After 4AM et The Roots dans un environnement qui leur convient mieux. Mais The Branches est surtout l'occasion de découvrir un univers complexe où les samples parfois ronronnants cachent en fait une grande créativité. Long Arm feint de la jouer simplement pour créer des milieux évolués. Des morceaux de quatre, cinq, voire six minutes, d'abstract hip-hop, parfois teintés d'un soupçon agréable de trip-hop, pourrait paraître long, mais c'est sans compter sur les ruses de leur auteur pour nous entraîner plus loin qu'on ne l'aurait cru au départ. Ses beats au long cours, sur fond de jazz cool cachent en fait bien plus que leur apparence. Chaque titre offre différents passages, cachant des richesses insoupçonnées. Double Bass In Love coule par exemple aisément, laissant chaque instrument prendre à son tours ses marques, variant la mélodie. De même sur When Children Sleep, où l'on se laisse séduire ne voyant pas toujours les différentes pistes explorées. Quelques extraits plus courts viennent aussi troubler cette régularité d'apparence, à laquelle Key Door vient donner un premier coup de fouet.

Il n'y a que sur Dummy que le Russe se lâche un peu plus avec des plans vrillés où un violon langoureux semble complètement déboussolé. D'étranges voix viennent s'intercaler alors que tout se dérègle de plus en plus. L'art de la surprise est aussi cultivé sur The Branches (également proposé en version instrumentale) quand, après une longue intro langoureuse, surgit le flow bidouillé de Teknical Development, rappeur anglophone dont le texte se pose à merveille sur un son enjoué. Enfin, avec The Waterfall Inside Me, un piano enrobant est remué par une batterie un peu plus énergique, puis les cordes frottées d'une contrebasse viennent participer à l'apaisement général.

 

Un peu à part d'autres producteurs russes évoqués sur Chroniques, tels que DZA ou Demokracy (qui vient de sortir un premier single), Long Arm trace sa propre route, séduisante et inspirée.

 

http://www.projectmooncircle.com/files/pmc073_cover_480px_1.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Lucas 14/01/2011 20:51


Le morceau "Perfect Morning" est tout simplement sublime! Calme, apaisant, hypnotisant. Il me tarde d'être au 11 Févier.


Dave 14/01/2011 11:51


Je ne connaissais pas, la chronique et le titre en écoute m'intriguent, merci pour la découverte !