Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 16:16
Sortie : décembre 2009
Label : Werk Discs


"Lone possède quelque-chose que je pense très sain pour un artiste en ces temps de musique sur Myspace et d'existence de nombreux labels indépendants : une identité forte. Je peux reconnaître un de ses morceaux après une ou deux mesures". Le compliment est de Bibio qui a remixé Lone et qui a laissé ce dernier revisiter un de ses morceaux sur The Apple And The Tooth (chroniqué ici).

Après un premier album, Lemurian, remarqué en 2008, l'Anglais publie un second long format dans un style toujours très électronica faisant la part belle aux nappes caressantes et aux mélodies soignées. Lone maîtrise l'art du sampling et sait assembler basses, carillons, claviers et autres sons avec talent. Il a indéniablement un style reconnaissable et appréciable.
Son problème ? une certaine répétition et un manque cruel d'évolution des titres. Les boucles filtrées se répètent à perte de vue, accompagnées de rythmiques d'un classicisme absolu. Si Bibio le reconnaît en deux mesures, c'est que les suivantes sont quasiement les mêmes.
Avec la guitare et la voix de Waves Imagination, l'étrange harpe électronique de The Twilight Switch ou le beat bacal de Go Greenhill Racers, il propose pourtant quelques alternatives à la linéarité du reste du disque, mais l'esprit a déjà vogué ailleurs.

Le long format ne convient pas à l'Anglais qui aurait beaucoup mieux valorisé trois ou quatre de ses titres sur un maxi plutôt que d'en proposer 11 qui se ressemblent beaucoup trop. Les capacités sont là, mais le résultat est décevant.


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Voisin Blogueur 12/12/2009 01:25


Je suis d'accord avec la citation de Bibio et je trouve ce nouvel album passionnant. S'il joue avec la répétition, il est pourtant d'une densité folle et il me transmet des émotions fortes que peu
de disques electros m'ont amené depuis bien des années. Bref pas du tout d'accord avec la fin du post.