Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 11:25
Sortie : 2 février 2010
Label : Breathe

Cela fait déjà un moment que Chroniques Electroniques surveille avec la plus grande attention les parutions du netlabel mexicain Breathe. On avait pu découvrir grâce à eux le chef d'oeuvre de Ray Garrido, Tropicotrip, mais aussi les oeuvres plus ambient mais tout aussi passionnantes de Geler Jonathan et de From Twilight Till Dawn. Notre attention se porte aujourd'hui sur les travaux du Barcelonais Javier Barrero, ici affublé du torturé pseudonyme de Logical Disorder. Déjà bien connu des amateurs de netlabels tels que Crazy Language ou Xynthetic, Violent Playground est sa première réalisation chez Breathe.

Violent Playground est un album court où se mêle les sensations de paranoïa, de totalitarisme et d'espoir de résilience. En effet, la musique de l'Espagnol possède deux faces bien distinctes (peut-être comme son auteur). L'une fait figure de synth-pop stellaire et ouatée, éclaboussée d'un spectre dont la lumière se veut rassurante, comme sur l'onirique et voyageur Ghost Planet d'ouverture. L'autre est bien plus tortueuse, constituée de mécanismes industriels et de rythmiques cérébrales et sinusoïdales. Violent Playground navigue donc entre ombre et lumière, et cela même si le côté dark et inquiétant semble prendre le dessus.
Chef d'oeuvre IDM, Secret Society nous enferme dans un pneumatique lancé sur une voie rapide. Chahutés par une asphalte au relief accidenté, les textures et le rythme nous transmettent d'ambivalentes émotions. Un pur délice pour les oreilles.
Le même génie mérite d'être signalé sur Violent Playground, vécu comme une immersion dans un couloir d'égout sans fin où règnent des immondices organiques ou métalliques ainsi qu'une constante insalubrité. Chaque reprise d'air au dessus de ces eaux nauséabondes se transforment en sursaut salvateur.
L'hommage à Orwell sur le titre du même nom est plus ambient et plus abstrait mais tout aussi réussi. Wordplay reprend en clôture les schémas déjà empruntés sur Ghost Planet, et cela même si la fin de cette odyssée mentale aura causé bien des troubles dans nos synapses et notre système limbique.

Violent Playground donne bien plus qu'envie de parcourir avec la même passion les travaux précédents de Logical Disorder. Et parce que la musique se transmet, se partage et n'appartient pas seulement à ceux qui la font, Breathe et cet artiste offrent en téléchargement libre et gratuit leurs oeuvres sur leurs sites respectifs. Les âmes pressés cliqueront simplement ici pour accéder au trésor. Un grand merci à tout ce petit monde.

                                http://breathe-comp.com/wp-content/uploads/2009/02/Front.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires