Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 18:36

Sortie : juillet 2011

Label : Fake Four Inc

Genre : rap beats

Note : 5/10

 

Après un Buggy plutôt électronica l'an passé chez Mush (chroniqué ici), Loden nous revient cette année avec un troisième long format, sorte de beat-tape, bien plus rap dans l'esprit donc, pour l'excellent label Fake Four Inc qui ne cesse de nous régaler cette année. Entre instru rap sobres et sons plus wonky, le Belge envoie 22 pistes qui visent à former un ensemble continu.

 

Concentré sur les textures, le producteur travaille ses crépitements sombres et ses claviers vrombissants sur des rythmiques basiques qui varient rapidement. Plutôt que de se concentrer sur les titres, ce Burning Man Stage Hand invite à se laisser porter de plage en plage au gré de variations ténues et profondes. La batterie est un repère mouvant dans cet univers synthétique qui se niche dans les coins ou au contraire emplit l'espace pour enrober l'auditeur. S'il utilise encore quelques fois des boucles (The Most Commonely Accepted Timespan), Loden préfère envoyer ses nappes et autres sons de manière moins répétitive. Il s'adonne ainsi à une espèce d'adaptation post-industrielle de l'instrumental d'inspiration rap, avec des ambiances décharnées et grises. Le format court des titres donne ainsi une impression de désolation où les seules technologies survivantes ne fonctionnent jamais longtemps.

La dernière partie de l'album contrebalance toutefois cette impression avec des titres électro plus enjoués. Le Belge délaisse les mélodies torturées pour passer, avec Starlet ou Offusive Behavior, à des claviers plus légers et énergiques. Ce passage de l'ombre à la lumière des spots colorés conserve toutefois un cadre assez similaire. Ce côté festif sur la fin, qui laisse même une impression de Daft Punk période Discovery sur Planeskip, surprend un peu tout en redonnant un petit coup de fouet quand le besoin s'en faisait sentir. Tout ceci semble toutefois plus ressembler à des ébauches avancées qu'à des morceaux achevés. Et si la spontanéité est appréciable, l'ensemble manque un peu de caractère. 

 

Ce troisième album est moins abouti que le précédent et ressemble plus à une beat-tape pour faire du buzz qu'à un véritable LP. Ne le jetez pas trop vite non plus car Loden a des qualités de beatmakers non négligeables et démontre une certaine originalité dans sa démarche avec ce côté sombre largement exprimé.

 

http://s3.amazonaws.com/releases.circleintosquare.com/340/images/loden_digital_lores_fakefour.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires