Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 11:02

Sortie : janvier 2010

Label : Bax Records – Under Cover

Genre : Rap instrumental scratché

Note : 7


La trajectoire de Liléa Narrative a été marquée par sa présence à divers festivals : Nördik Impakt en 2006, dans sa ville Caen, les Transmusicales l'année suivante et le Printemps de Bourges encore un an après. Il a entre temps sorti l'album Nouvelle Chair en 2007 qui a reçu un succès d'estime. Le producteur sort aujourd'hui un album dans une veine principalement rap instrumental d'une rare maturité. Les titres aux boucles variées et finement ciselées sont baignées de scratchs généreux qui démarquent aussi ce projet de certaines références lorgnant plus vers l'électro. Quelques samples et les sons scratchés apportent de nombreuses interventions vocales diversifiant d'autant le propos. Fother Mucker semble ainsi bien loin d'être instrumental ! Mais Lilea Narrative invite aussi deux MC pour renforcer cette tonalité. Il y a tout d'abord Napoleon Maddox du groupe IsWhat!? (dont le récent album est chroniqué ici) qui pose son flow chantant sur Transport. Puis Perseph One, venue de Houston, pour une touche de féminité sur Hill House.

Ce disque a une certaine force brute, il vient vous interpeller par ces beats chaloupés, par les nombreuses voix disséminés au long des pistes, par des samples discrets qui posent une ambiance plus calme dans l'excitation ambiante. Sur Le Chant Des Silhouettes, le Caennais mélange ces rythmiques syncopées, un découpage millimétrés des boucles, quelques scratchs énervés, le tout sur un fond de clavier groovy tranquille. Un parfait dosage ! Et si ce dosage fait clairement penser aux recettes de DJ Shadow, la comparaison s'accentue avec Max Renn dans un style plus mesuré.

Après Audioclockers l'an passé (chroniqué ici), Echantillodrome est une nouvelle bonne surprise venue de producteurs français dans un esprit rap sans œillère.

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/6/2/0/3298490005026.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires