Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 18:53

Sortie : novembre 2010

Label : Lost Recordings

Genre : Post-rock

Note : 7

 

Baptisé ainsi en hommage à Brel, Les Marquises est un projet bâti autour de trois hommes venus des deux côtés de l'Atlantique. Jean-Sebastien Nouveau d'Immune, le batteur Jonathan Grandcollot et Jordan Geiger qui tourne avec les Américains de Shearwater. Avec quelques amis, ils se sont lancés dans un disque hommage à l'écrivain et peintre américain Henry Darger, dont l'univers est aussi singulier que méconnu du grand public. Côté musical, le groupe revendique des influences du côté de Third Eye Foundation, Can et Moondog.

 

Des vagues sonores vont vous submerger. Des claviers volumineux soutenus par une basse imposante et une batterie engageante. Soudain, la voix fantomatique de Geiger surgit puis les cordes de guitare viennent offrir une autre direction. Only Ghosts pourrait être un titre rock, mais il offre un espace bien plus large, un esprit décomplexé qui le fait tendre vers un post-rock extatique. Un mélange de complexité et d'évidence qui vous emporte bien volontiers. Voici introduit Lost Lost Lost de manière volontaire. Vous êtes invités à vous perdre dans un océan de puissance maîtrisée. Dans l'énergie comme dans le calme, Les Marquises dégagent un sentiment enveloppant et planant. Le plus réservé La Terra Trema est une plage instrumentale atmosphérique dans laquelle vous pouvez vous laisser voguer, tout comme vos pensées. Le chant ne revient que par intermittence pour laisser de la place aux flots hypnotiques que dégagent les claviers et la guitare. Alternant entre mer plate et agitée, le groupe retient l'explosion pour mieux la contrôler. In This Carnival Of Lights symbolise le calme avant la tempête. Il n'y a qu'un survivant du navire sauvé des eaux. Geiger se laisse flotter au gré des arpèges qui tournoient sans cesse. Des sirènes de bateaux se détachent dans le lointain brumeux puis, guidées par la batterie, forment un bloc compact qui ballait tout sur son passage. Il ne reste qu'à vous accrocher. Terrible Horses est un épilogue écorché et habité pour les rares marins survivants. La fin d'un récit épique dont vous ne pouvez décrocher.

 

Les Marquises nous propose une épopée musicale d'une rare finesse, avec ce qu'il faut d'action, d'amour et de mystère. Une croisière qui touche juste et appelle à continuer les voyages en leur compagnie.

 

http://immune.free.fr/lesmarquises/images/pochette-lost-lost-lost.gif

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

jsn 01/11/2010 20:49


"Lost Lost Lost" sera dans les bacs demain ! (2 novembre)

Et il est aussi désormais disponible sur le site des Marquises contre 10 euros (port compris) :

http://lesmarquises.net/


l'Astre 31/10/2010 19:14


Très bonne pochette. Album vraiment très agréable.
Ça sonne néanmoins bcp trop "radiohead", je trouve. Je trouve également ça mal mixé : en enlevant l'influence Third Eye Foundation (qui ne sert que de "liant" parce que soyons clair : ils n'ont ni
fait un gros travail d'appropriation ni même de réinterprétation mais plutôt simplement un travail de "copiée/collée"...), il ne "resterais" que du sous King Crimson (Island) mêlé a un vague
shoegaze mal dégrossi (un comble!). Ca sonne trop "plaqué", si je peux me permettre. Après je peux me tromper et ça reste quand même mieux qu'une infinité de chose, mais ce n'est pas "suffisant"
pour moi.