Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 17:26

Sortie : décembre 2011 (sortie originale 1991)

Label : Skam

Genre : Early IDM, Acid, hip-hop, geekerie intelligente avant l'heure

Note : 9/10

 

Je vous parle d'un temps que les moins de quarante ans n'ont pas eu la chance de connaître. Si le nom de Lego Feet ne vous dit rien mais que l'achat à l'aveugle de la release originale de 1991 vous tente, sachez déjà qu'il vous faudra débourser plus de 500 euros pour l'acquérir en vinyle. C'est probablement parce que c'est la première sortie officielle de Skam, et que les deux gars derrière Lego Feet se nomment Sean Booth et Rob Brown, deux britanniques qui quelques années plus tard ont pris le mystérieux pseudonyme d'Autechre. A l'occasion de son vingtième anniversaire, le mythique label Skam (aujourd'hui nettement moins à la pointe) ré-édite cette bible dans une version élargie (70 minutes) et divisée en quatre parties.

 

Non, Autechre n'a pas toujours fait de la musique cérébrale et tortueuse. Si certains trouveront légitimement les prémices de Basscadet ici, il n'empêche que cette réalisation est leur plus dancefloor et donc la plus ludique qu'ils aient jamais produite. Incunabula fut un album légendaire et conserve encore aujourd'hui sa somme de trésors intemporels. Mais soyons un peu sérieux, tempérons nos ardeurs de fanatiques absolus, il faut reconnaître que certains trucs résonnent aujourd'hui comme très "datés".

Si la ré-édition d'aujourd'hui peut souffrir du même réaliste constat, elle n'en perd en rien sa digne place de document indispensable. Pourquoi ? Mais parce que le genèse de la révolution électronique menée par Autechre et bien d'autres est là. De leurs influences hip-hop (au sens pur et old-school du terme) et industrielles (Autechre a toujours revendiqué l'héritage de Cabaret Voltaire et Throbbing Gristle), Booth et Brown actualisent leur immodéré goût de l'époque pour l'acid en proposant une synthèse unique, entre la techno de Detroit et une funk mathématique dont la formule magique est aujourd'hui encore bien gardée. Les amateurs de synthés analogiques vintages (pléonasme ?), plus précisément des bécanes tatouées du nombre 303, peuvent à raison ériger une statue à ce disque, enfin ré-édité.

 

Un certain recul est néanmoins nécessaire, surtout pour les plus jeunes, ceci fut composé en 1991, bien avant l'idée d'Internet et la logique suivante arrivée des geeks. Le plus étonnant est que certains "artistes" aujourd'hui acclamés, réalisent actuellement beaucoup moins bien que ce qui se faisait par Autechre il y a plus de vingt ans. Monde de merde. Ceux qui rechigneraient à commander cette relique monumentale sur internet, peuvent se rendre à la boutique du Souffle Continu à Paris, chez qui il reste probablement quelques exemplaires. Un investissement dans la pierre en temps de crise est donc à situer, bien au-delà de la recommandation.

 

http://www.experimedia.net/images/ska001cd_CU.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

PmK 26/03/2012 22:04

Sans déconner, j'écoute Icunabula en boucle depuis sa sortie et franchement, pour moi, rien n'est daté. Ou alors, il faudrait considérer par exemple des chefs-d’œuvre du cinéma muet comme datés
puisque ils ne bénéficient pas des moyens de production actuelle ? Bon, sinon, longue vie à votre blog qui est une source continue de découvertes musicales ahurissantes.

Chroniques électroniques 27/03/2012 18:11



C'est pas tout à fait comme ça qu'il fallait le comprendre. Quand je dis "daté" pour le chef d'oeuvre Incunabula, je parle de schémas, de textures et de matériel utilisés. Amber qui n'est pas
beacoup plus jeune, ne souffre pas de cette petite aspérité quand on l'écoute des années plus tard. Mais il y a énormément de trucs que je juge "daté" qui squattent ma platine depuis des lustres
et qui ne sont pas prêts de la quitter. Merci par ailleurs pour tes encouragements.



Torti 25/03/2012 18:14

Si c'est dans la continuité de cavity job et basscad ep, je dis oui! Merci de l'info.