Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 18:40

Sortie : mai 2011

Label : autoproduit

Genre : Abstract hip-hop

Note : 7

 

Inspiré par DJ Shadow, Massive Attack et Portishead, il y a pire. Ce n'est toutefois pas facile de porter l'héritage de ces mastodontes. Le Couturier avait bien débuté en plaçant l'an passé une relecture de Stem sur The DJ Shadow Remix Project (chroniqué ici). Restait à confirmer ce coup d'éclat avec sa propre musique. Le Toulousain a donc façonné un premier maxi assez convainquant.

 

Dense, profond, puissant. Sans copier le DJ californien, le Français reprend ses grands principes à son compte pour concocter ses morceaux long format - cinq titres pour 31 minutes - à la production léchée qui ne baisse jamais en intensité. Son mélange de samples, de synthés, de guitare et de basse forme un tout au groove confortable. De l'explosif The Mass d'ouverture au Catch Yourself de clôture, la tension ne se relâche pas. Il y a bien la première partie de I Still Need A Name qui débute plus calmement, mais c'est pour s'effacer face à une montée énergique bien soutenue par une batterie nerveuse. Seul Snooper et son riff un peu reggae est plus tranquille. Cet extrait, plus court que les autres, offre une respiration bienvenue en milieu de programme. 

La douce guitare au début de Melancholia annonce un passage qui prend son temps pour éclore, la patiente intro laissant place à quelques éclairs sonores qui lancent vraiment le titre. Ces constructions minutieuses, dont chaque partie pourrait presque être un morceau à part entière, forment un ensemble riche dans lequel l'auditeur s'aventure avec curiosité. Les voix, rares, viennent ajouter au goût de mystère. Le chant masculin de I Still Need A Name ou la femme parlant sur Catch Yourself ne sont que de courtes interventions humaines dans un univers de machines. Le producteur nous perd dans son dédale de pièces sonores qui se succèdent logiquement et qui donnent à chaque fois envie d'explorer la suivante.

 

Avec un autre maxi programmé pour septembre prochain et un album début 2012, Le Couturier prévoit déjà de continuer à nous abreuver régulièrement de ses bonnes mixtures, et c'est tant mieux.

 

http://f.bandcamp.com/z/12/60/1260491527-1.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires