Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 17:22
Sortie : avril 2010
Label : Lydian


Ce n'est pas tous les matins qu'on entend une ligne de kora servir de base à un titre électronica. C'est l'idée originale qu'à eu Laszlo pour porter son premier EP qui présente différentes facettes de ce producteur. Anglais aux influences larges, Aaron Wheeler n'a utilisé que des enregistrements live pour composer le Mr Sunshine mis en avant sur ce disque. Avec sa boucle entêtante de kora, ce titre rafraîchissant ouvre le maxi avec bonne humeur et un regard ensoleillé. Une bonne introduction vers Zeitgest qui reprend la mélodie de cordes du premier morceau pour mieux la destructurer façon Prefuse 73. Nettement plus intéressant, ce second extrait démontre la capacité de Laszlo à manier les machines, les voix et les instruments pour construire une matière nouvelle et personnelle à base de minutieux collages. Le troisième titre original de ce maxi, Anatolia, est une douce plage ambient intime sur laquelle il invite Niri Sadeh à la flute égyptienne. Après l'électronica léger et l'IDM, l'Anglais offre une touche de douceur avec quelques effleurements d'un piano fragile en hommage à Satie ou Esbjorn Svensson.
Cet EP contient également deux remixs de Mr Sunshine dont le premier, signé Ragga Waltz, fait figure d'incongruité en ces lieux. Cette house baléarique est en effet malvenue et tout à fait dispensable. La présence de la
version de Todd Baker est plus logique, avec une relecture qui propose un juste milieu entre l'original et son pendant déconstruit, Zeitgeist, avec quelques breaks et relances bienvenus.
Si Laszlo ne se perd pas entre toutes ces voies, il faudra le surveiller pour la suite.

http://c2.ac-images.myspacecdn.com/images02/126/l_15844ab397bc41628e9de83e4305ed35.jpg
par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires