Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 18:07

Sortie : juillet 2010

Label : Dezordr Records

Genre : Abstract hip hop

Note : 7

 

Après l'album de mr. teddybear en avril dernier (chronique ici, interview ), Dezordr Records revient à l'actualité avec le premier long format de L'Oniraunote en téléchargement gratuit sur le site du label. Passé la description du label "entre Danny Elfman et le Amon Tobin des premières heures, idéal pour se laisser aller dans la rêverie" et l'indication de sa page Myspace d'une origine en Midi-Pyrénées, nous ne savons quasiment rien sur l'auteur... découvrons-le par sa musique !

 

Comme toujours chez Dezordr, la qualité de la production est irréprochable. Dès les premières notes, la musique sonne bien, le rendu est propre et l'espace sonore intelligemment occupé. L'ambiance teintée de mystère intrigant est cinématographique et rappelle en effet les mondes dépeints par Tim Burton (et donc son musicien favori, Danny Elfman). Il Est L'Heure... ou Sous L'Arbre Bleu ont ce côté patient et descriptif dans lequel les mélodies semblent illustrer un conte merveilleux. Le voyage prend la direction de l'orient avec Hazim ou Au Palais avec quelques touches électronica en effet dignes d'un Amon Tobin à ses débuts (Supermodified par exemple). Pour le côté plus IDM du brésilien, le producteur français envoie Amoureux qui cogne en douceur et bouscule en retenu (dans notre radio bien que ce ne soit pas le titre le plus représentatif).

La référence qui prédomine est toutefois la première, même si les deux facettes se fondent l'une dans l'autre sans heurt. Le ton général fait donc plutôt penser à un rap instrumental attentif et mesuré. Une légère tension maintien l'attention de l'auditeur qui se laisse guider par les évolutions minutieuses. Le travail sur l'orchestration démontre la finesse du producteur qui dispense habilement cordes, pianos, rythmiques délicates ainsi que d'autres sons moins identifiables qui font l'originalité du projet. Avec le sobre Fender Curry, il nous replonge une nouvelle fois en orient avec des tonalités envoûtantes qui emmène l'esprit dans des mondes lointains. Porté au bout des neuf titres, nous finissons apaisés, voire adoucis.

 

Dezordr Records nous sort d'internet un nouveau producteur qu'il faudra suivre car il y a bien peu à reprocher à ce premier disque. L'Oniraunote nous propose un voyage musical dont vous reviendrez, nous l'espérons, convaincus.

 

http://img8.hostingpics.net/pics/651861flyweb_onironaute_2_.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

hama 14/12/2010 00:07


Super, vraiment très bon ce type et j'en connais un sacré rayon


lowtone 28/07/2010 14:31


franchement énorme, merci pour la decouverte !!! un futur génie ....