Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 16:56

Sortie : septembre 2011

Label : Project: Mooncircle

Genre : abstract-dubstep-ambient

Note : 6/10

 

Après avoir sorti l'an passé une mixtape de remixs de classiques du rap américain, le New-yorkais sort un maxi difficile à classer avec ses nappes atmosphériques, ses rythmiques distantes et ses voix aériennes. Avec des influences jazz, funk, blues et rock expérimental, Krts concocte avec ses machines cinq titres - auxquels est ajouté un remix - qui intriguent et apaisent, dans une voie plus calme que son album A Posing Flower de 2006.

 

Dans le genre mélodies aérées, Hold On se pose là. Les claviers virevoltent au milieu de légers cliquetis et de discrets craquements. Le tempo emprunté ne veut pas brusquer les ambiances planantes et reposantes qui prédominent. L'ensemble flotte agréablement et donne toute sa place à l'imagination de Krts. Le morceau éponyme laisse échapper une voix répétitive qui survole la mousse synthétique se déployant dans un large espace. Les paysages qui défilent sont épurés et s'étendent dans le lointain à perte de vue. Le producteur travaille sur le glitch avec mesure et construit avec patience. Son apprentissage du piano apparaît sur Whatever sur lequel il glisse quelques notes dans la torpeur de ce titre qui s'étire en longueur avec délicatesse. 

Alors que le maxi hésite entre ambient et abstract hip hop hétéré, des touches de jazz et de dubstep s'insinuent subtilement. Un saxophone lointain, quelques syncopes trouvent leur place au milieu de sonorités tout en retenue.

 

Le remix, très proche dans l'esprit, de Glenn Astro ajouté à ces cinq titres n'apporte pas grand chose à cet EP inspiré et évocateur. Le New-yorkais nous laisse dans une apesanteur agréable.

 

http://www.projectmooncircle.com/files/pmc087_cover_1200.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires