Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 11:38

Sortie : 22 août 2011

Label : Kompakt

Genre : Techno, house, electro-pop

Note : 7/10

 

Prétendre que l’on attend de pied ferme la nouvelle fournée annuelle de la compil’ synthétisant l’essence de la maison Kompakt serait mentir. Le label de Cologne ne fait plus figure de tête chercheuse depuis belle lurette. On serait même tenter de dire que Kompakt, aujourd’hui, n’arrive pas à suivre la cadence imposée par les ténors. Cependant, il arrive à garder cette aura lui permettant de fidéliser un public jamais démenti. Kompakt a tout de même marqué la sphère techno du début des années 2000 via une ouverture musicale rarement critiquable et rien que pour ça, on ne peut rejeter en bloc les sorties actuelles. Il ne nous reste plus qu’à prendre le pouls de l’écurie teutonne avec ce Total 12.

 

Et ça commence très fort avec la superbe électro-pop aérienne de Waiting For de Kolombo. Tellement fort qu’on se doute bien qu’il va être difficile, sinon impossible de maintenir une telle cadence d’autant plus quand on a l’habitude des compils Total et de leur structure progressive. Pourtant, le Every Minute Alone lentement ascensionnel de WhoMadeWho remixé par Michael Mayer ne déçoit pas. Le conditionnement étant parfait, il n’y a plus qu’à se laissé porter. Au petit jeu des tracks imparables,le même Michael Mayer se révèle redoutable avec son vicieux That’s What I Told Sanchez pendant que Gui Boratto livre un The Drill tout en saturation et tout en gardant son éternel côté trancey. On regrettera seulement le fatigant morceau de l’habituellement irréprochable Matias Aguayo. Son I Don’t Smoke se révélant épuisant en moins d’une minute.

Mais gardons le meilleur pour la fin avec un Playground Altona de Coma aux relents trance et prompt à vous coller le sourire pour la journée. Le type même de morceau taillé pour un DJ set à 6h du mat’ sur la plage. Jusque là, on naviguait cependant en terrain connu et c’est bien là le reproche que l’on peut formuler à Kompakt depuis quelques années : l’absence de prises de risques, de propositions un tant soit peu plus audacieuse. Pour cela, il y a heureusement Wolfgang Voigt qui démontre avec Frieden que l’ambient-techno peut être ce court moment d’apesanteur conjuguant envol poétique et parabole hypnotique.

 

Ce qu’il y a d’agréable avec les compils Total, c’est que l’on n’est jamais déçu. Tout au plus peut on rester légèrement sur notre faim. Total 12 reste fidèle à l’esprit de la série. En 12 morceaux, Kompakt démontre sa volonté de rester une référence. En cela, le label s’en sort plutôt bien. Mais une bonne compil' par an (ne soyons pas non plus ingrat, ajoutons y aussi les Pop Ambient) ne suffira pas à nous faire oublier que Kompakt n’est plus le label qu’il était.

 

http://linetechno.net/wp-content/uploads/2011/07/VA-Kompakt-Total-12-300x300.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires