Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 11:21

Sortie : mai 2011

Label : Ember Music

Genre : Downtempo IDM, spatial Ambient

Note : 8/10

 

Originaires tous deux d'Ibiza, Jaime Irles et German Escandell forment Known Rebel en 2009, alors qu'ils sont désormais établis à Barcelone. Le duo sort un EP, puis vient cet album, immense. Hollow voit le jour sur le label de Caroline du Nord, Ember Music. Les deux Espagnols invoquent des périples spatiaux, organiques et sombres, et le font avec une sacrée maestria.

 

Il n'est pas aisé de retranscrire l'originalité de Hollow. Il y est question d'IDM indolente, de soundscaping ciselé et de spleen je-m'en-foutiste. Le grain qu'a su donner le duo à sa musique est remarquable. Entre transparence et relief, le travail de texturisation accorde aux sonorités un aspect palpable. Qu'elles soient épurées ou très denses, les strates sonores s'imbriquent à la perfection, les éléments tournoient, engourdissant vos capacités de réflexion, et les volutes downtempo forment alors le plus moelleux des appuis. Hollow voit large dans la mesure où ses influences mêlent l'ambient, le dubstep et les compositions néo-classiques. La cohésion entre un piano obscur et un wobble minimaliste et pertinent font de Mechanical Sunset (feat. Andrey G) un joyau mélancolique. Parfois les illusions désertent pour de bon, l'espace est balayé de vents magnétiques et funestes aux travers desquels seuls les claquements du beat parviennent à guider nos esprits aveugles. Gathering of the Argonauts rappelle Deaf Center dans son introduction.

Mais occasionnellement, des cieux plus doux colorent les trames que nous content les deux Rebels. L'électronica diaphane de Neigh décrirait des pérégrinations presque bucoliques si la dimension sidérale n'était encore une fois si présente. L'ambient peut aussi prendre l'avantage, déployer de long filins vaporeux et se couvrir d'une patine organique et végétale (Smart). Sans la moindre minute de relâchement, Hollow brille de bout en bout. Ses trois derniers titres sont des remixs, l'un de Jaime Irles, l'autre d'Andrey G et le dernier de Mothboy. Et bon sang ce que la relecture de la moitié du groupe tue tout et n'importe quoi. Lorsque Jaime Irles revisite Helium-3, le résultat témoigne de sévères inspirations dubstep dans les basses et la rythmique. Le mouvement est haletant, des synth-tones faussement éthérées tourbillonnent sans répit, et des bourrasques noisy viennent soudainement encrasser le mécanisme. Repeat, pas le choix.

 

S'il n'est pas aussi noir que ce que sa (jolie) cover pourrait laisser présager, Hollow reste une création subtile et pénétrante. Known Rebel livre un album adulte, à la production impeccable sans être lisse, et dont les dimensions visuelles et émotionnelles semblent difficiles à limiter. Une version physique devrait sortir à la rentrée sur Tympanik. Une bombe, pis que recommandée.

 

3481401951-1

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires