Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 22:24
Sortie : octobre 2009
Label : ECM


Nombreux sont les amateurs de musique à posséder dans leur discothèque le fameux Köln Concert de Keith Jarrett sans bien connaître son auteur, ni savoir s'il a publié autre chose ou s'il est encore en vie aujourd'hui. Bonne nouvelle, il est encore vivant ! Même s'il n'est pas très en forme. Le pianiste américain sort en effet un curieux Testament qui regroupe sur trois disques deux concerts enregistrés à Paris et Londres en novembre et décembre 2008. S'il a aussi beacoup joué en trio avec ses deux comparses Jack DeJohnette et Gary Peacock, c'est en solo qu'il a affirmé son style unique, tout en improvisation.
Il n'a bien entendu dans ces occasions aucune partition, il peut ainsi donner libre court à sa créativité. L'album Radiance en est un magnifique exemple.

Avant de se plonger dans ce Testament qui ne contient donc aucun titre connu, il faut savoir que Keith Jarrett vit ses concerts solo comme une épreuve. Il y entre extrêmement concentré et en sort exténué. C'est après avoir subi pendant deux ans une maladie (syndrome de fatigue chronique) qui l'a empêché de toucher un clavier et que sa femme l'a quitté qu'il s'est présenté pour ces deux dates. Si c'est avant tout une impressionnante maîtrise qui se dégage de cet album, une douce émotion y est aussi présente. Elle se dégage surtout des passages plus calme, quand il explore son clavier et cherche à donner du volume à son jeu. Il vous emmène alors dans de nombreuses directions par de fines variations. Les passages, peu nombreux, pendant lesquels sont jeu devient très rapide sont généralement mons prenants.
Le pianiste s'est un peu détaché de son jeu de l'époque du concert à Cologne. Il est moins dans la répétition de motifs et plus dans l'exploration. Il peut sonner jazz, ou plus classiques notamment quand il accélère le rythme et fait montre d'une technique impressionnante. Il évolue parfois d'un genre à l'autre sans se poser de questions. Ses doigts conservent la même habileté. Enfin, le tableau ne serait pas complet sans les exclamations et le chantonnement des mélodies que l'enregistrement nous rapporte. Ceux-ci permettent d'apprécier comme l'Américain vit sa musique et de nous donner l'impression d'être sur scène.
Cet important matériau demande un temps d'appropriation à l'auditeur pour se retrouver dans les méandres de l'imagination du pianiste. Cela compensera ses apparitions trop rares (et très chères) en France !

Keith Jarrett est un génie... et malgré ce testament, il continue de se produire en concert.


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Virgile 15/10/2009 10:56


Keith Jarrett ici ! Bonne initiative. Pour les amateurs de magnifiques impros au piano, je recommande aussi vivement Brad Mehldau (album "Largo") et, moins connu, Stefano Bollani.


Chroniques électroniques 16/10/2009 14:00


Brad Meldhau qui expérimente aussi son jeu en solo et, avec "art", en trio. A noter ses succulentes reprises de Radiohead...