Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 16:21

Sortie : Août 2011

Label : Leaving Records

Genre : Néo-classique, expérimental, électro-acoustique

Note : 7/10

 

Jusqu’à maintenant, on était habitué aux escapades électronica-psyché de Leaving Records. Matthewdavid, le big boss, a réussi à créer une véritable identité sonore autour de son label. Vous nous avez maintes et maintes fois entendu parler de cette fameuse scène de Los Angeles. Entre les sorties Brainfeeder et toute la clique végétant autour de Matthewdavid, il y a eu l’éclosion d’artistes potentiellement fascinant. Maintenant que le soufflé est en train de lentement retomber suite à l’arrivée des inévitables vautours, il est temps de se renouveler. Et justement, c’est par l’entremise de l’énigmatique Julia Holter que l’on va peut-être trouver matière à prolonger nos songes.

 

Julia Holter est une illustre inconnue issue de Los Angeles et Tragedy est son premier album. Bon, inutile de vous précipiter sur ce dernier, il est déjà épuisé. En même temps, le principe de Leaving Records c’est de vendre ses albums en petit quantité afin de susciter la convoitise. Le fait de ne vendre les albums qu’en format cassette ne peut que titiller les hipsters. Pas de bol pour eux, ce coup-ci l’album fut vendu uniquement en format vinyle, format de prédilection des hypeux de l’ancienne école. Mais bon, les velléités marketing, après tout, on s’en branle.

La musique de Julia Holter est un sombre bordel. Dès l’intro en forme de collage surréaliste, on comprend qu’on n’aura pas affaire à un énième album d’électronica lo-fi contemplatif, labellisé LA. Ce coup-ci, c’est l’ouverture vers tout un pan de l’électro-acoustique qui s’immisce dans nos conduits auditifs. Tragedy repose sur une utilisation permanente du field-recording mais uniquement dans le but de nous semer. Les sons s’enchaînent sans jamais faire sens, on ne comprend pas où veut en venir Julia et c’est justement cela qui est intéressant. Ainsi, Celebration, morceau phare de l’album, n’hésite pas à débuter par 4 minutes d’électro-acoustique hasardeuse avant de lâcher un beat tranquille et de faire lentement monter la pression. La voix aiguë de Julia, qui parle plus qu’elle ne chante, nous accompagne alors dans cette étrange déambulation.

Même si l’électro-acoustique demeure ainsi que l’idée de composition néo-classique, chaque morceau déploie de nouvelles idées. Try To Make Yourself A Work Of Art convoque la magie noire en faisant penser à Demdike Stare, The Falling Age lorgne du côté d’une dark-ambient fantômatique aux faux airs de BO de Badalamenti, Goddess Eyes utilise le vocoder pour une comptine titubante. Mieux vaut se laisser porter plutôt que de vouloir chercher une réponse. Il n’est pas question de juger de la qualité des compositions mais plutôt de se limiter au ressenti.

 

Tragedy est un ovni musical. On fait face à un objet hybride. S’agit-il réellement de musique ? Pas sûr. L’essentiel est de se concentrer sur soi, sur sa capacité à interagir avec les sons. Julia Holter a indéniablement quelque chose à raconter, il nous reste plus qu’à apprendre son langage. Cette nouvelle signature californienne nous ouvre à nouveau les portes de la perception.

 

http://cc3.upanh.com/27.429.34696442.h280/juliaholtertragedylr015web2011bnp.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

ARTY 16/09/2011 19:42


Sympa assez étrange quand même sa reste une bonne découverte!
Allez vous commenter le nouvel album de HECQ (amazing)!!!


Chroniques électroniques 16/09/2011 22:39



Etrange, je suis bien d'accord. J'étais bien dans l'idée de la découverte, pas de la révélation. Ca s'écoute avec attention, ça demande un certain relachement.


 


Et pour le Hecq, c'est évident qu'on va en parler prochainement.