Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 13:41

Sortie : 8 février 2010
Label : Citizen Records

Genre : Turbine électro putassière

Note : 3/10


Jahcoozi est un projet berlinois jouissant d’une notoriété certaine outre-Rhin. Le combo allemand est en fait un trio se composant d’une bondissante chanteuse sri-lankaise, Sasha Perera, d’un musicien de Tel Aviv, Oren Gerlitz, et d’un producteur allemand, Robot Koch. Le métissage est d’or et déjà consommé sur le papier. Jahcoozi a sorti de nombreuses galettes sur Kitty Yo et est apparu sur des compil' Ninja Tunes. Le CV semble idéal, il ne reste plus qu’à plonger dans l’univers de Barbed Wire, nouvel EP à sortir chez les Dijonnais de Citizen Records.

 

Le cocktail Jahcoozi est une furieuse bacchanale où copulent electro, ragga, hip-hop et rythmiques tribales, le tout dans un esprit punk. A ce petit jeu là, deux possibilités s’offrent à l’auditeur : soit la sauce prend et on se met à pousser dangereusement le volume, soit l’impression de se faire ramoner le cerveau s’impose. Malheureusement, Barbed Wire se révèle être rapidement fatigant. La faute à un mauvais goût pleinement assumé. Que ce soit avec l’électro tribale, blindée de sonorités futuristes, de l’éponyme Barbed Wire, ou bien avec le tristement daté Watching You, rien n’y fait, on se sent dans un terrain terriblement connu et banalisé depuis quelques années. Seul le dubstep concassé de Ting Ting sort facilement son épingle du jeu en rappelant l’univers vidéo-ludique d’Hudson Mohawke. Mais les remixs de Tepr et Housemeister clôturant l’exercice font salement penser aux meetings de tuning sur le parking du Cora de Roubaix.

 

En imposant un métissage putassier, Jahcoozi rate le côche et signe un EP épuisant.


http://i1.soundcloud.com/artworks-000000622981-se2xc1-crop.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Brain Damage 20/02/2010 01:05


Bizarrement, je n'ai trouvé aucune information sur la toile concernant cet EP: ni Discogs, ni Musicbrainz, ni le Myspace de Jahcoozi, ni même Citizen Records, Ninja Tune ou Bpitch Control ne
parlent de ce mystérieux EP... Mais alors, où est-il? Est-il bien de Jahcoozi?


Chroniques électroniques 20/02/2010 13:17


Sur le blog du distributeur : http://modulemusic.blogspot.com/2010/01/jahcoozi-barbed-wire.html
mais c'est vrai que sinon... en fait cet EP est une sorte de mise en bouche pour l'album à venir.