Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 18:14

Sortie : 29 septembre 2009

Label : Playhouse

Genre : Techno, house

Note : 7,5/10


Vous cherchez la bande sonore idéale pour une partouze freak dans une usine désaffectée en Ukraine ? C’est tout trouvé avec ce nouveau mix d’Ivan Smagghe. Ce troisième volume pour le petit club techno d’Offenbach vous promet des sueurs d’angoisse. Autant Chloé avait été finement dansante et Prins Thomas nonchalamment hypnotisant, autant Smagghe va vous emmener aux confins d’une techno sombre et exigeante. Les esthètes de bon goût le savent, quand on se rend à un set d’Ivan Smagghe, on en ressort liquéfié. C’est rarement la fête et pourtant on en redemande. Tout fonctionne toujours sur un onguent paradoxe avec l’ex-Blackstrobe et ex-résident du - feu - Pulp.


Ivan ne perd pas son temps en lâchant directement les beats sur Drifting, disco crépusculaire de Gary Beck. La cold-wave électronique d’Entertainment remixée par Kruton se fait robotique et caverneuse, même le Happy Up Here de Röyskopp apparaît abyssal avec le remix d’Holy Fuck.

On erre en pleine grisaille, on scrute une fine éclaircie. It’s A Fine Lime semble vouloir faire émerger la lumière avec son Never Go With A Hippie To A Second Location aux faux airs de Gui Boratto mais le morceau se mue en krautrock aux distorsions vous enfonçant la tête dans l’eau. La suite n’est que stérile tentative de retrouver une bouffée d’oxygène comme sur la techno âpre de Ryan Davis. Tout se perd, se dilue, même les voix en pleine phase de désexualisation de No, Nothing, Ever de Dark Day.


Live At Robert Johnson vol. 3 est un mix exigeant et mouvant, parfaite illustration sonore de La Maison Des Feuilles de Danielewski où l’on se retrouve à découvrir un monde opaque, propice aux échos vains et à la glacialisation des espaces. Consommateurs de Lexomil, passez votre chemin, c’est l’angoisse qui vous guette, les autres sauront vous raconter de quoi demain sera fait.

 

http://image.musicimport.biz/sdimages/upc06/880319431227.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

virgile 08/10/2009 19:10


Encore une excellente chronique - d'un disque tout aussi bon.