Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 10:35

Sortie : janvier 2011

Label : Breathe Compilations

Genre : Ambient

Note : 7

 

Invector n'a pas envie de se dévoiler. Sa longue biographie sur son site officiel ne permet de savoir ni sa nationalité, ni le nombre de ses productions. Il préfère qu'on le découvre par sa musique. Tout juste sait on que ce projet a débuté entre 1998 et 2000, sans vraiment s'imposer de direction musicale. De toute façon, savoir qu'il est distribué (gratuitement) par Breathe Compilations suffit pour nous convaincre de l'écouter.

 

Ce Green EP est formé de cinq plages qui pourraient n'en faire qu'une seule. En effet, sur ses 32 minutes, une fine bruine électronique ne cesse de ruisseler des enceintes. Cette mélopée mélancolique est un fil conducteur insatiable qui n'aura de cesse de vous transporter tout au long de ce maxi. La première plage, Emotion Textures, n'est faite que de cette nappe qui bouillonne paisiblement comme un magma en fusion. L'artiste plante un décor d'une sobriété envoûtante. Moi qui critique souvent le manque d'évolution des titres, ce minimalisme est ici porté comme un étendard qui s'impose comme une évidence. Rien ne semble pouvoir perturber la magnifique texture qui vous masse agréablement les tympans. Toutefois, Invector ne s'en tient pas là et va peu à peu introduire de nouveaux éléments sonores, parfois discrets sur Underwater Plants, parfois beaucoup plus structurants comme la rythmique de When You're Not Near qui vient, malgré son tempo mesuré, presque brusquer l'auditeur transi. Il faut se laisser porter patiemment et surprendre par les rares brusqueries.

 

Ce Green EP est une lumière dans le lointain. Une lueur de réconfort dans la nuit noire. Une caresse magnifique à savourer.

 

http://breathe-comp.com/wp-content/uploads/2009/02/mfot2_cr.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires