Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 12:28

 

Autumn Fields, ou l'alliance brillante de l'IDM, de l'ambient et du glitch. L'allemand Dirk Geiger sortait ce bijou en septembre dernier, sur Tympanik Audio (chronique ici). Il était l'unique représentant de Tympanik au récent Maschinenfest. L'occasion de le rencontrer et de se promettre une interview...

 

Quel a été ton parcours musical avant de rejoindre Tympanik Audio?

 J'ai produit de la musique avec un ami pendant des années, sous le nom de Kraftmaschine. J'ai commencé mon projet solo "Dirk Geiger", il y a quatre ans ans, et j'ai sorti un album sur mon propre label Raumklang Music. J'ai aussi publié des albums digitaux sur d'autres bons labels, ainsi des morceaux sur diverses compilations.

 

Autumn Fields, ton deuxième album, tranche par son aspect ambient avec les habituelles sorties de Tympanik. Comment expliques-tu leur choix?

 C'était la décision Paul (Nielsen, NDLR), boss de Tympanik Audio. Je lui ai envoyé une demo, après un certain temps, il m'a contacté, et m'a dit qu'il aimerait sortir l'album. Il l'avait écouté en boucle, et elle ne lui sortait pas de la tête. Je pense que c'est pour cette raison qu'il a voulu produire Autumn Fields. Je pense également que Tympanik Audio n'est pas fixé à un genre de musique, le seul critère retenu est la qualité. Le style en lui-même importe peu.

 

Quel fut cheminement entre Dondukov 15, ton premier album (sorti sur ton propre label Raumklang Music) et Autumn Fields?

Ma musique est devenue plus adulte entre Dondukov 15 et Autumn Fields. Désormais je travaille davantage avec des field recordings, afin de donner à mes morceaux une histoire. La musique elle-même évolue vers un style plus personnel. Mais cela se produit automatiquement.  

 

Quelles ont été tes influences pour Autumn Fields?

L'influence d'Autumn Fields est mon humeur lors de la production. Toutes les influences autour de moi. Ma vie privée, les personnes qui m'entourraient, et le monde tel que je le vois. Autumn Fields est un témoin du temps. De mon propre temps, de mes inspirations à cet instant, et de leur retentissement.

 

Ton album semble directement inspirée de l'automne. Qu'est-ce qui te fascine tant dans cette saison? Et quelle place occupent les field recordings dans ta musique?  

L'atmosphere de l'automne est simplement fascinante. La couleur des arbres, le brouillard du matin, et le soleil le transpercant continuellement. L'automne suscite toujours en moi une certaine humeur creative. Les field recordings demeurent une partie importante de ma musique. Ils offrent un cadre à mes titres. Il rendent les morceaux visibles. Cependant, je ne les utilise pas pour chaque pièce, cela depend toujours du titre.

 

Mélancolie, angoisse, tristesse, Autumn Fields joue directement avec nos émotions. D'où vient cette sensibilité?

Je pense que c'est intrinsèque à la musique. S'en est même le sens. La musique est là pour toucher nos émotions. J'ai essayé de conserver l'ambiance mélancolique du festival de l'automne et de la traduire en musique. Si l'auditeur ressent ce sentiment, alors j'en suis heureux. J'ai atteint mon but.


http://img.over-blog.com/500x333/2/47/16/19/wwautumn_fields_inlay.jpg

 

Un nombre consequent de titres - Gewiterregen, Autumn Life, Noise FormatOverhead Projection et Itch Glitch - font l'objet de superbes vidéos. Peux-tu nous en dire deux mots, et comment envisages-tu le lien entre l'œuvre musicale et le support visuel ? 

Les videos ont été produites par deux artistes differents. Je les ai decouvert et suivi sur internet depuis longtemps. Il s'agit d'Orazio Oz Sturniolo et de 4Sternenstaub. J'aimerais les remercier encore pour leurs travaux exceptionels. Bien sur, la video ouvre à un autre univers. Les émotions passent par les images, et une bonne video sert nécessairement le morceau. Particulierement aujourd'hui, Youtube est un canal majeur pour toucher un maximum de gens. Et il serait dommage de passer à coté d'une telle opportunité.


Tu appartiens depuis longtemps à un groupe, Kraftmaschine. Peux-tu nous parler de cette formation? Et qu'est ce qui t'a mené vers un projet solo ? 

Je produis de la musique depuis 1997 avec mon ami Benede tto Rizzo, sous le nom de Kraftmaschine. L'Industriel, Rythmic Noise me semble le genre auquel notre musique correpond le mieux. Nous avons eu plusieurs CD-R autoproduits qui se sont bien vendus ces dernieres annees, et avons participé à différentes compilations. Malheureusement il est presque impossible pour nous de jouer de la musique ensemble, vivant dans deux villes éloignées. En ce moment, chacun de nous produit son propre son. Puis nous nous envoyons les morceaux par internet, afin que chacun puisse les retravailler.

Entre ton label Raumklang Music, Kraftmaschine et ta propre musique, quels sont tes projets pour l'avenir ?

Je suis actuellement en train de travailler sur les morceaux d'un prochain album. En 2011 je me produirai en concert. N'étant pas encore totalement booké, si par bonheur quelqu'un d'intéressé lisait cette interview, ce serait un plaisir d'en parler. Sur mon label Raumklang Music sera publié en décembre un nouvel album du musicien russe arMuta. L'album s'inscrit dans le genre IDM, breakcore, glitch. Puis en 2011 suivra la sortie d'autres albums sur Raumklang Music. D'ailleurs Combustion Engine publiera probablement un disque en 2011 également. Nous sommes déjà en contact avec des labels. Souhaitez- nous bonne chance.

L'annonce d'un futur album est bien entendu réjouissante. Une chronique de l'album d'arMuta sera prochainement publiée sur Chroniques électroniques. Il ne me reste plus qu'à remercier chaleureusement Dirk Geiger pour sa sincérité et le temps qu'il m'aura accordée.


Original version :

What has been your musical trail before joining Tympanik Audio?

I produce music for years with a good friend, under the name Kraftmaschine. I started my Solo Project “Dirk Geiger" about 4 years ago and I had an album released at my own label Raumklang Music, some digital albums on other great labels and also tracks on compilations released since this time.

 

Autumn Fields, your second and very ambient album, contrast with the usual releases of Tympanik. How could you explain their choice?

It was the decision of Paul (Nielsen NDLR), the label head of Tympanik Audio. I sent him my demo and after some time he has contacted me and told me that he would like to release the album. He said he has listened to it again and again and it does not go out of his head. I think that was the reason why he released Autumn Fields.

I also think that Tympanik Audio is not fixed to a style of music, the only criteria being the quality. The kind of music does not matter.

 

What has been the progress between Dondukov 15, your first LP (out on your own label Raumklang Music) and  Autumn Fields?

My music became more adult between Dondukov 15 and Autumn Fields. I’m working now more with field recordings to give my tracks a story. The music itself is evolving to a more personal style. But that happens automatically.

 

What has been the influences of Autumn Fields?

The influence of Autumn Fields is my mood when I produced it. All the influences around me. The private life, the people surrounding me and the world as I see it. Autumn Fields is a witness of time. Of my time, my inspirations at that time and the noises of it.

 

Your album seems directly inspired by autumn. What fascinates you so much in this season? And what place do field recordings occupy in your music?

The atmosphere of autumn is just fascinating. The colors of the trees. In the morning the fog and the sun breaks through it again and again. The autumn always triggers in me a certain creative mood. Field recordings are an important part of my music. They give my tracks a frame. They make the the songs visible. However, I do not use this in every pieces. It always depends on the individual title.

 

 Melancholy, anguish, sadness, Autumn Fields plays directly with our emotions. Why this sensitivity?

I think it still comes with the music. That is the meaning of music. Music is to reach our feelings. I tried to keep the melancholy mood of the autumn festival and to process it into music. If the listener can feel that feeling, then I'm happy. I've done everything right.

 

Many tracks of your album - Gewiterregen, Autumn Life, Noise Format, Overhead Projection and Itch Glitch – led to beautiful videos. Could you talk a little about them? And how do you consider the link between musical work and visual medium?

The videos are produced by two different video artists. I got to know them for a long time over the internet. There are Orazio Oz Sturniolo and 4Sternenstaub. I would like to thank them again for their brilliant work. The video, of course, allows much much more. Here, emotions are also shown in pictures. A good video for a song is important. Especially in this days. Youtube is an important channel to reach many people. In addition, it would be unfortunate if one omits this opportunity.

 

You belong to a band since a long time, Kraftmaschine. Could you talk a bit about it? And what led you exactly to a personal project?

I have been producing music since 1997 with my good friend Benedetto Rizzo under the name Kraftmaschine. The music fits well in the genre Industrial, Rhytmic Noise. We had many good sales of self released CD-R’s, and have contributed to various compilations during the last years. Unfortunately, It’s almost impossible to play music together, because we live in different cities and the distance is too big. At the moment, each of us is producing their own music. Then we send each other the songs via the internet and each can then edit them.

 

With your label Raumklang Music, Krafsmaschine and your own music, what are your plans for the future?

I am currently working on songs for a new album. In 2011 I will play some live gigs. I’m not booked out, so if anyone reads this interview and is interested, it would be nice to hear from them. On my label Raumklang Music will be published in December a new album of the Russian musician arMuta, The album fits into the genre IDM, Breakcore, Glitch. In 2011 will follow further releases on Raumklang Music. Combustion engine will probably publish an album in 2011 also. We are already in contact with some labels. Wish us luck.

propos recueillis par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans Interview
commenter cet article

commentaires

l'Astre 01/12/2010 19:22


Bon erratum je l'avais écouté au casque... en mp3...
Donc, même si ce n'est pas ma came (pas assez lourd, lancinant, redondant, ferme, dissolvant, badant etc.), c'est un bon album aux sons NORMAUX. (Ca reste du tcherno, mais ils s'en sont presque
tous là...)


l'Astre 24/11/2010 20:22


Bon la première elle fait mal c'est sur mais franchement les accords ils font trop tata Michelle qui se délie les doigts sur le piano 20 fois désaccordé qui pourris dans le salon familiale depuis
des lustres : je me serrez contenté des fields et de quelques notes tapées aux hasard de si, de là... La deux elle est franchement quelconque et je trouve les décalages de tempo entre les lignes
vraiment fatiguant : c'est de la bouillie franchement : rien ne prédomine et en m^me temps on garde la désagréable 'impression que tout est comme en retrait. Vraiment fatigante (heureusement elle
décroche un peu vers la fin). La trois est vraiment pas mal, bien tracklistée en tout cas. La 4 les sons ne sont pas assez détaillés (comprendre trop écrasé (pour quoi je sais pas)) La 5 c'est une
tuerie de musique concrète involontaire, la 6 il a clairement pété un plomb, la 7 est pas mal, la 8 est son "petit bébé", son track "préféré", s'il devait choisir ; rien que pour ça que je l'exclu
directe parce j'suis une caillera. La 9 y'en a milles des pareilles toutes identiques qui se suivent et se ressemblent de partout, la 10 bof bof, et la 11 elle est pas de lui :


Le Liumin a cote de cet album de tcherno c'est la wolfgang voight des weeds bio (dédicasse à JB !)!

Bonus :

http://www.magic-flight.com/

+

http://www.youtube.com/watch?v=JcxAdnWz-bQ&playnext=1&list=PLE7ED37A837D553C0&index=6 (un peu de techhouse ca va te calmer (et mets une jupe pour une fois!)

=

l'Astre


l'Astre 24/11/2010 18:53


Vite fait comme ça pour lui dire que s'il veut améliorer ses fields, par hasard, il peut écouter le maitre du maitre (Rod Modell) : Fransisco Lopez et particulièrement Wind, l'album référence de
Rod (un intime:)).

Sinon l'album je ne l'ai pas trouvé fameux ; c'est déjà pas mal.

Bon sinon encore le Liumin c'est une vrai grosse tuerie finalement : pour tout dire je le trouvé un peu éventé. Mais la j'ai replongé dedans depuis une semaine et franchement c'est peut être même
un de ses tous meilleurs tellement c'est violent. Très très tres violent. (Et je parle même pas de la maitrise d'exécution de l'ensemble tellement on dépasse les limites de l'entendement...)
Presque parfait franchement.


Chroniques électroniques 24/11/2010 19:29



Son Luimin est sacrément excellent à Rod (et Hitchell), il faudra que je m'y replonge également à l'occasion. Mais Autumn Fields aussi bordel..