Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 11:02
Alors que le nouvel album de Massive Attack, baptisé Heligoland (chroniqué ici), sort en février 2010, Chroniques électroniques a rencontré Daddy G (à droite sur la photo). Une interview publiée en deux parties (lire la 1ère partie) et dont la seconde permet d'aborder ce nouveau disque et la manière dont il a été conçu.

Pourquoi a-t-il fallu attendre six ans entre 100th Window et Heligoland, qui devait à l'origine s'appeler Weather Underground ?

Pendant ces six années, nous avons beaucoup tourné, notamment de 2004 à 2006 puis de nouveau après 2008 et la création du festival Meltdown qui nous a demandé aussi beaucoup de temps. J'ai continué à faire le DJ tandis que 3D enregistrait une bande originale de film (Danny The Dog, 2005, NDLR). Nous avons beaucoup travaillé, notamment avec l'enregistrement de différents éléments de l'album qui était prêt dès septembre 2008 dans une première version. Mais nous sommes repartis en tournée et lassés de certains titres. Un retour en studio s'imposait donc pour remettre à plat certains morceaux joués sur la tournée et en enregistrer d'autres.

Pour le titre de l'album, nous avions besoin de quelque chose vers quoi travailler, une lumière au bout du tunnel, une sortie. Weather Underground nous donnait une direction, mais nous ne l'avons pas conservé comme titre de l'album.

Comment choisissez-vous les artistes avec lesquels vous collaborez ?

Au fur et à mesure des années, nous avons été chanceux. Avec Blue Line et Protection, de nombreux artistes se sont produits à nos côtés, notamment les nombreux chanteurs qui nous ont accompagnés en sound system. Massive Attack n'a jamais voulu être un groupe dont les membres ont leur photo sur la pochette.

Il y a de nombreux artistes avec lesquels nous souhaitions travailler qui sont sur HeligolandHorace Andy ou Damon Albarn qui sont des bons amis, cela vaut aussi pour Tunde Adebimpe (chanteur de TV On The Radio, NDLR) avec qui nous avions déjà collaboré. Nous aimons aussi beaucoup Hope Sandoval et pour Martina Topley Bird, qui est aussi de Bristol, cela faisait un moment qu'on voulait enregistrer ensemble et nous avons eu cette fois la force de lui proposer.

 

MassiveAttack2.jpg

Vous avez aussi enregistré avec Mike Patton ?
Nous avons beaucoup de morceaux que nous gardons en stock. Trois ou quatre morceaux ont été enregistrés avec Mike Patton. Ils sont presque terminés mais, pour des raisons d'emploi du temps, pas assez pour être publiés.

Pourquoi ces titres, ou Dobro et United Snakes joués en concert, ne figurent pas sur l'album ?

Le choix des titres est le nôtre, en fonction de notre jugement, mais c'est peut-être le mauvais. Un album est avant tout un album car nous le décidons. Mais à l'époque d'Internet et des playlists, chacun peut faire son choix de titres. Un CD ne fait que 70 min, mais ce n'est que le début. Les artistes doivent donner plus, car les gens n'achètent plus de disques. Avant on allait dans les magasins, on touchait les disques, on les sentait. Aujourd'hui, il faut travailler le packaging, l'artwork ou offrir des titres en téléchargement. Peut-être que certains de nos morceaux seront disponibles sur Internet ou sur un prochain album.

Sur Live With Me avec Terry Callier, il y avait plus d'instruments et une plus forte présence de l'orchestration. L'utilisation d'instruments et une production moins chargée que sur 100th Window ont-elles guidé la création d'Heligoland ?

Nous avons cherché à faire quelque chose de plus immédiat, de plus simple que sur l'album précédent. 100th Window est très froid, reflet de la manière dont il été produit et l'environnement qui n'était pas facile. Mushroom était déjà parti, je m'étais absenté. 3D était donc seul. L'atmosphère n'était pas très chaude autour de lui. Ce disque n'attirait pas vraiment vers lui. Sur Heligoland, nous nous sommes retrouvés avec 3D et l'ambiance était plus conviviale. Tous les morceaux ont leur identité propre, il y a plus de chansons qui peuvent facilement vous submerger. Nous voulions redonner de la chaleur avec la présence des orchestrations, mais pas sur tous les titres, certains restant assez sombres.

propos recueillis par Ed Loxapac et Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans Interview
commenter cet article

commentaires

Astro 11/01/2010 14:20


La première c'est du sous Sixteen Horsepower/Wovenhand à la sauce dub step, breakbeat (soft) et, pour tout dire et prendre la diagonale de la folie qui fait tourner la tête (!) : world... (Histoire
de marquer son "nouveau" territoire et pouvoir dire que MA ce n'est pas que du trip hop ; ou que le trip hop ce n'est pas que du trip hop etc. etc. etc.)
La deuxième c'est du sous Komeit (Falling Into Place) => Three Hours (j'exagère un peu mais j'assume : pour moi c'est de la même famille et je préfère le beau père au petit fils...).
La troisième - comme déjà dit - c'est un cover du Im Your Man de Leonard Cohen (je ne vois pas comment on pourrait dire le contraire tellement c'est limpide...).
La quatrième c'est du MA - en l'occurrence c'est mauvais - : qu'est ce qu'un morceau comme ça fait en quatrième place et surtout pourquoi est il aussi cour? Parce qu'il aurait fallu qu'il fasse au
moins 15 mn pour pouvoir être considéré comme lisible, abouti et surtout maitrisé : la je ne vois qu'une grotesque tentative de cacher qu'on manque de suite dans les idées et/ou qu'on n'a pas pu se
résoudre à trancher.... Des morceaux comme ça il en existe 10000 ; un de plus... (Pour conclure un album maitrisé de bout en bout : oui. En ouverture d'un long voyage vers les méandres de ses plus
intimes peurs ou joies : oui. Tracklisté en quatrième place après 3 covers, non non non !)
la cinquième du Royskopp/Komeit like à la sauce Royskopp/Komeit : j'attends le courageux qui voudra me prouver le contraire...
La sixième c'est du MA (j'suis gentils...)
La sept c'est du Elysian Field - clairement - (que je conseil au passage tellement la voix (les trémolos), les arrangements et l'ambiance générale sont... capiteux).
La huit ils se sont auto samplé (je ne sais plus laquelle) et ont fait un rmx => c'est clairement pas une première pression a froid ; ni une deuxième, ni une troisième... Une huitième?
La neuvième c'est du Radiohead : nous voilà bien...
La dixième du MA avec une boucle samplée et remixée de je ne sais plus qui (entre 4.50 et 5.42) conclue par une sorte d'electro clach de merde (plus racé bien sur et presque pas electro clach comme
je veux bien le croire mais c'est pareil (=> l'histoire du beau père et du petit fils !!)).

Bref.
Pourquoi pas une compile (à la manière de l'excellente de trentemoller dernièrement) plutôt qu'un album? Je ne sais pas...

A partir d'un moment, il faut assumer ce qu'on fait et aime et surtout savoir se cantonner a ce qu'on sait faire (même au risque de se répéter => chose que seul les mauvais artistes craignent :
quand on a quelque chose a dire, on ne peut que se répéter intelligemment ; quand c'est fini, c'est fini : on se tait). MA, c'est du trip hop, rien d'autre. Et pour ce que vaut mon avis (je fais le
modeste mais c'est rhétorique : il est clair que je me prend pour le maitre incontesté...!), c'est une bonne formation ayant sorti de bon disques... comme il en existe des centaines.
Alors oui tout le monde (à part quelques génies) s'inspire de tout le monde ; oui MA a fait de bon disques (que je n'aime pas mais ils sont bon) ; mais non ce disque n'est pas bon. Pas du tout.
C'est même le dernier de ce groupe a être "écoutable". On prend les paris ?



p.s. : ...et puis commencer par dire "Le choix des titres est le nôtre, en fonction de notre jugement, mais c'est peut-être le mauvais. Un album est avant tout un album car nous le décidons..."
puis enchainer avec "...mais à l'époque d'Internet et des playlists, chacun peut faire son choix de titres. Un CD ne fait que 70 min, mais ce n'est que le début. Les artistes doivent donner plus,
car les gens n'achètent plus de disques. Avant on allait dans les magasins, on touchait les disques, on les sentait. Aujourd'hui, il faut travailler le packaging, l'artwork ou offrir des titres en
téléchargement. Peut-être que certains de nos morceaux seront disponibles sur Internet ou sur un prochain album ", c'est clairement de la mauvaise fois.
C'est un album ou c'est pas un album deja? Bien. Ce n'est pas un album. On est d'accord. Et c'est quoi ce discours rétrograde/paternaliste sur les supports physiques? Il nous prend pour des anes ou
il se prend pour un lion ? Les gens qui aiment vraiment (les vrais passionnés cad) achètent et achèteront toujours ; les autres n'ont été "recruté" que via la couverture médiatique dont ce groupe
dispose : ils devraient se réjouir de perdre ce public qui n'a rien a foutre là ; mais non, il pense vraiment qu'ils ont vendu autant d'albums parce qu'ils le valaient bien !! Incroyable de
prétention, d'ignorance et de demagogisme. Un cd fait 70 min ?! Moi j'en ai qui font plus de 3 heures ; comme quoi... (j'en ai même un de 166 morceaux de 12 sec chacun, j'en ai même un d'un seul
morceau de 2 h 40... Etc. etc. etc. ) Évidement il ne sont pas vendu a plus de quelques centaines d'exemplaires pièces et ne le seront jamais : mais j'ai été "heureux" (ca fait mal quand même !) de
payer plus de 400 € pour les plus chers et je continuerais de la faire autant que la qualité sera au rendez vous.


Pensée !

La poésie est de toutes les eaux claires celle qui s’attarde le moins aux reflets de ses ponts.



+

Astro