Présentation

  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...

Radio

Retrouvez des extraits des disques chroniqués :

 

 

Catégories

Samedi 17 octobre 6 17 /10 /Oct 11:57
Sortie : 30 octobre 2009
Label : Ant-Zen

Le Belge Olivier Moreau, ici affublé du pseudonyme Imminent, est depuis le milieu des années 1990 un spécialiste reconnu de la sphèrie ndus/noise. Fidèle d'entre les fidèles des labels Ant-Zen ou Hymen Records, il officie également sous les avatars Delta Files et Imminent Starvation.
Moreau est également membre des duos Collapse, Axiome et du trio Ambre.

Cask Strength est un album brillant, autant le dire tout de suite.
Même si on pourrait naïvement qualifier sa musique de bruitiste par tant d'enchevêtrements, il ne sombre jamais dans une dérive brouillonne et indigeste.
Haletante et oppressante, sa musique n'est par recommandée aux auditeurs souffrant d'épilepsie.
Entre beats technoïdes passés au presse-purée, rythmiques frénétiques et encordées synthétiques abyssales, ce son jouit d'une précision digne de la mécanique quantique.
Sur le superbe Gari, les rotâtes effrénées laissent pourtant place à une complainte fantomatique d'une cantatrice endeuillée.
Les moments de répit sont rares sur l'ascensionnel Bock, morceau renvoyant le terme frénétique à l'essence même de sa signification. Lorgnant vers un breakcore sur-amplifié dopé aux breakbeats cinglants, la psychose et la schizophrénie n'ont jamais semblé si proches.
La très ambient première minute de Garn s'affiche comme une descente vers des profondeurs chaotiques vocodées et dantesques. Mes neuro-récepteurs sombrent à ce moment vers une délicieuse agonie.
On pense à une accalmie avec l'oblique mais génial Lorsc, avec ses incongrus cuivres et sifflements. Il m'apparaît inutile de décrire et d'énumérer les morceaux suivants tant ils brillent tous de la même trempe exceptionnelle.

Comme souvent chez Olivier Moreau et plus généralement le label Ant-Zen, on a encore droit à un disque d'excellente facture. L'écoute est physique et éreintante mais c'est tellement bon.
Seul avertissement, deux options s'offrent à nous après des écoutes répétées de cet album :
prendre une belle poignée de benzodiazépines ou envahir la Pologne.

                                
par Ed Loxapac
Publié dans : disque - Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés