Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 16:18

Sortie : 2 octobre 2009
Label : Ultimae

Nous avions déjà eu le plaisir de parler du label Ultimae à l'occasion de la sortie d'un des tous meilleurs albums paru cette année, Leylines d'Aes Dana (chroniqué ici), de son vrai nom Vincent Villuis. Il est à la fois artiste et tête pensante de cette jolie maison lyonnaise.
Cette fois ci, c'est un projet conduit par le poète, journaliste et artiste italien Massimo Terranova qui nous vaut la joie d'émettre une nouvelle chronique. Compilé par Nova donc, cet album a pour vocation de témoigner de sa vision poétique et musicale.
Des musiciens américains, scandinaves ou d'Europe de l'Est se sont réunis autour de Nova et d'Ultimae pour mener à bien cette ambitieuse et originale entreprise.
De nouveaux venus font pour l'occasion leur première apparition au sein de la galaxie Ultimae comme le très inspiré Islandais Murya ou encore l'Américain Offthesky.
Du côté des habitués, Solar Fields et James Murray, qui ont eux aussi sorti un album magistral récemment, sont également de la partie.

Telle une rencontre idéale entre l'électronica, l'ambient et les compositions néo-classiques, cette compilation s'élève vers des sommets majestueux et époustouflants.
Nul doute que si les grands compositeurs des siècles derniers avaient été assistés par les machines et les ordinateurs, leur musique aurait probablement ressemblé à ça.
Les deux premiers titres, Regenzeit et Three Weeks, oeuvres respectives de Field Rotation et de Kevin Andrew en sont les illustres témoins. Ce ballet entre pianos mélancoliques et violons plaintifs est littéralement bouleversant.
Gray Daze, sublime odyssée synthétique de Murya, semble illustrer le vol d'angelots béats et rieurs, savourant une des rares accalmies que leur autorise notre monde.
Même si tous les titres sont plus exceptionnels les uns que les autres, laissons poindre notre chauvinisme en soulignant les somptueux travaux de Cell, Aes Dana, Hol Baumann et Asura.
Out of Breath de Cell par exemple, arpente des chemins sinueux et enveloppants entre néo-dub et psy-trance downtempo. Sur Resin d'Aes Dana, on pourrait se croire embarqués dans une odyssée à travers des mondes enfouis ôtant un voile gazeux sur une cité opaline perdue. Tout bonnement bouleversant.
Bien qu'utilisant des machines que l'on pourrait gentiment qualifier de profanes, ces musiciens dressent pourtant des édifices qui pourraient prétendre au sacré.
Citons également les splendides pièces de Rena Jones et de Solar Fields, Photosynthesis et Times Are Good pour que la synthèse soit complète.

Même si ce n'est pas son ambition première, ce disque s'élève bien mieux que n'importe quel discours de Frédéric Mitterrand en faveur de l'achat des disques. Je m'explique, rarement un disque n'aura su être envisagé comme un véritable objet. Les poèmes de Nova ainsi que les images prélevées et intégrées à l'artwork par Maya Benthou et Stefano Terranova (frère de Massimo ?) sont indissociables de cette musique. En d'autres mots, ceci est un vif encouragement à se procurer cet album par des voies légales.

Avec cette musique pratiquement thérapeutique, nos amis imaginaires nous plongent vers des terres lointaines dont on ne souhaiterait jamais revenir. Avis aux amateurs...

 

http://ambiplanet.ru/blog/wp-content/uploads/2009/09/inre037-imaginary-friends-ultimae-1-300x300.jpg 

par Ed Loxapac 

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires