Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 15:34
Sortie : février 2010
Label : Ultimae

Le Japonais Hidetoshi Koizumi, ici affublé du pseudonyme Hybrid Leisureland, fut auteur de l'album Crossbreed en 2006 sur le label Floor Limit avant de participer aux illustres compilations Oxycanta du label Ultimae en 2006 et 2007. Scroll Side est son premier format paru au sein de la crèmerie lyonnaise.

On ne répétera jamais assez qu'on reçoit bien plus qu'un album lorsqu'un disque estampillé Ultimae débarque dans notre boîte aux lettres. L'objet en lui même et l'artwork (signé cette fois-ci par Vincent Villuis lui même) sont toujours extrêmement soignés.
Scroll Side est une pièce originale naviguant aux confins de l'ambient, de l'électronica et des compositions électro-acoustiques modernes. Empli de douceur, de finesse et de volupté, cet album apporte autant de bienfaisance qu'une séance de méditation dans un bain de lait.
Fragile et délicate, la musique du Japonais diffuse des ondes qu'on pourrait qualifiées de réparatrices et thérapeutiques. On pourrait se croire dans une galerie de miroirs, tel un spectateur contemplatif de visions évanescentes et oniriques. Mon esprit critique et mon goût pour les mélodies sombres et tortueuses aurait bien aimé voir évoquée la face plus sombre de l'artiste. Tout est ici si beau que je ne céderais pas à cette aisée tentation.
Hybrid Leisureland a un vrai don pour la réverbération sonore, travaillant chaque écho et chaque texture avec une minutie certaine. On note également une bonne insertion du piano, des claviers et des larsens. Au sein de ces écrins délicats et de ces territoires sonores rassurants flottent parfois des micro-organismes en phase de mutation.
L'écoute de morceaux tels que Division and Composition, Traditional Drugs, Imagination of Imagination, Treshold, Balance ou Puppeteer (titre caché de clôture) ne peuvent que ravir les mélomanes qui aiment chiller en toute quiétude.

Bien que plus abstrait et moins contrasté que les sorties précédentes d'Ultimae, Scroll Side mérite bien plus qu'une écoute distraite. Des trésors de sensibilité sonore ont en effet besoin de nombreuses écoutes pour révéler toute leur beauté.

                                  http://www.synthema.ru/uploads/posts/2010-03/1268145117_1267885953_inr1cd039_b.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires