Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 16:18

Sortie : septembre 2010

Label : Acustronica

Genre : Jazz-ambient

Note : 7

 

Contrairement à ce que pourrait laisser penser son pseudo et le titre de son dernier maxi, Horiso est Polonais. Après deux publications chez nos amis de Breathe compilation (dont Walks chroniqué ici) et une chez Chill-Label, c'est un autre netlabel, Acustronica, qui héberge ses dernière rêveries ambient-jazz (toujours en téléchargement gratuit). Il n'a pas abandonné son piano, sa trompette et ses nappes qui rappellent l'association Murcof-Truffaz et quelques expérimentations abritées par le label ECM.

 

Horiso a voulu être plus électronique, plus ambient. Il reste toutefois jazz. En cinq titres souvent longue durée, le musicien prend le temps de poser ses ambiances, de les soigner. Les titres sont épurés à l'extrême, ne bouscule jamais. Il y a tout d'abord ces feulements synthétiques, puis ces discrètes touches électroniques. Il y ce clavier et cette trompette évanescente. Comme dans un western de Sergio Leone, les éléments se mettent en place peu à peu. Les acteurs se jaugent de loin, dans un vent de poussière. Dark est ainsi, sans fil rouge pour guider l'auditeur. Chaque son se promène et se croise. Les textures fluctuent paisiblement, caressantes. Tout est là, mais rien n'a encore vraiment commencé.

Avec Red, les nappes prennent le dessus. Vous vous retrouvez en plein minimalisme planant. Sur Yellow, un piano bien rond vient tout de suite vous redonner des repères. Le jazz reprend la main et la trompette ne tarde pas à percer. Orange garde la même veine, dans laquelle les instruments se placent timidement, laissant de l'air à son voisin, même si le clavier prend du volume. Vient enfin Park, divisé en deux parties, la seconde plus expérimentale qui vous emporte finement vers la fin. Le vent souffle dans les arbres et emporte quelques feuilles dans un mouvement fugace avant un dernier bruissement.

 

Les amateurs du genre trouveront dans ce disque de quoi se régaler, Horiso maniant parfaitement le jeu en retenu. Sa musique sera encore meilleure dans la chaleur du salon quand le froid de janvier mordra les rues.

 

http://www.acustronica.com/images/albums/ishaashi.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires