Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 19:01

Sortie : Janvier 2012

Label : Oilworks

Genre : Glitch-hop, breakbeat

Note : 8/10


Vous l'aurez deviné, cet album provient tout droit du pays du Soleil levant. L'album est
signé chez Oilworks, un label qui nous révèle une scène abstract hip-hop japonaise
novatrice (phrase qui sous-entend que ce n'est pas ma dernière chronique sur le sujet).
Himuro Yoshiteru, c'est un nom guimauve qui sonne comme un personnage de jeu de baston, et qui pourrait notamment envoyer deux ou trois tatanes à Prefuse 73, histoire de lui dire que ce dernier a trouvé des remplaçants bien moins chiants depuis quelques années.

Il y a des albums qui nous happent après 5 secondes d’aperçu et qui se dessinent comme
une carte au trésor. Mais c'est uniquement après d’incalculables onomatopées lancées à
imiter les caisses claires de l'album, que je me sens enfin capable d'esquisser mon
ressenti sur la fourmilière à idées que nous propose ce disque. C'est funky et barré tel
que l'illustre la pochette. J'ai la tête toute retournée, comme une terrible migraine
causée par des samples à la précision chirurgicale. Les morceaux se révèlent vastes comme
un mind game. Chaque track illustre un nouveau délire du maître japonais. Himuro est
encore un de ces artistes influencés par les dessins animés diffusés à l'heure du goûter.
Je suis intrigué par tant de génie, proposant des morceaux de breakbeat improbables au
samples de voix décalées et aux rythmiques triturées qui laissent penser qu'aucune
seconde d'un même morceau ne soit similaire. J'ai commencé avec le morceau REM Sleep
devant lequel je m'imagine toujours Autechre jouant de la guitare. Ensuite je me suis
baladé entre du hip-hop plus old-school et ses scratches et synthés bien 80's tel que dans
SLCT., et les influences beat' n bass de The Angle. Enfin bref, j'en ai marre des
artistes sachant faire de tout, et bien. Je reproche à l'album de ne pas être assez
constitué comme un puzzle, les morceaux sont trop indépendants les uns des autres et ne
s'assemblent malheureusement pas. Cela reste tout de même homogène, dégageant une richesse impressionnante dans l'univers. Mes impressions sont comparables avec le Trademark Ribbons of Gold de VHS Head sorti en 2010 avec lequel je lui trouve plein de points communs, notamment à travers le travail des samples ou dans une appellation personnelle que je qualifierai d'IDM-funk. Je suis jaloux devant une telle démonstration, qui transpire tout de même d'émotions mélancoliques et enfantines. J'attendais un OVNI hip- hop comme celui-ci depuis longtemps, et cela se ressent dans ma note. C'est un véritable bazar musical, explorant toutes les formes de hip-hop déjà établies, comparable à un mélange entre le duo franco-chilien Del Wire et l'américain Eskmo. Himuro s'empare du passé, pour nous proposer une forme rarement aussi bien aboutie en matière de hip-hop ces dernières années.

Il y a du fantastique dans cet album, un mystère qui se révélera après plusieurs écoutes
aguerries. La minutie de la production nous noie dans un univers profond et typiquement
japonais. J'ai toujours était fasciné par ces albums sachant mélanger la sauvagerie de
l'outil électronique et la délicatesse de mélodies voluptueuses et rêveuses. Je suis un
paon et mon plumage te charme de ses couleurs hypnotisantes. Comme un Pneu , il te roule
dessus.

 

http://3.bp.blogspot.com/-kZAmj2grtVI/TxeUfc5YMII/AAAAAAAAFFo/zuLIV_p0xQ8/s1600/cover.jpg

 

par Pneu Rouillé

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Rabbit 24/01/2012 23:31

Bon à première écoute c'est pas mal, un peu décousu c'est vrai mais au moins cette fois quand il fait du wonky il le fait bien... même si je préfère sa facette plus IDM/d'n'b.

Chroniques électroniques 29/01/2012 14:02



Oui moi aussi, je préfère son côté un peu rétro.


 


Pneu Rouillé



Rabbit 24/01/2012 19:35

Si tu découvres tu va sûrement te régaler avec Where Does Sound Come From? qui s'écoute ici : http://himuro-yoshiteru.bandcamp.com/album/where-does-sound-come-from ou son projet hip-hop Joga Joga
au racolage assumé. Moi du coup je vais me plonger dans celui-ci, merci du tuyau (en espérant qu'il soit meilleur que ses tentatives wonky toutes pourries de l'an dernier).