Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 10:58

Sortie : août 2010

Label : Galapagos4

Genre : Rap

Note : 7

 

Entre les chroniques de Big Boi (ici) et de Blacastan (ici), le débat a été ouvert sur notre site pour savoir si le rap devait, en 2010, rechercher à allier qualité et approche grand public - pour le premier - ou revendiquer les valeurs originelles du hip-hop et rester fier de son indépendance - pour le second. Le label de Chicago Galapagos4, malheureusement peu actif depuis début 2010, penche bien entendu pour la deuxième voie. Son retour dans les bacs avec le second solo de He.llsent plaide en tous cas en ce sens.

 

Sur des instrus énervés (The Endtroduction) ou plus calmes (For The City), le MC du sud de Chicago critique la manière dont l'argent pourrit le rap actuel et plaide pour un retour au "real hip-hop". L'accent est donc mis sur les textes avec un discours qui prend la forme d'un récit introspectif. A la production, Max surtout, mais aussi Fifth Element, DJ Alo, et Loose Cannon, posent des sons accrocheurs ou groovy sur le mode un sample-un beat afin de laisser toute leur place aux paroles. Il y a toutefois quelques tentatives originales, comme ce recyclage pitché d'Amazing d'Aerosmith sur Insanity. Vous noterez aussi un emprunt sur Silver Dollar d'un instru déjà rendu célèbre par un autre... Pas question ici de refrain chanté (sauf justement sur Insanity), He.llsent prend ces espaces pour faire passer posément ses messages avec son flow calme ou pour laisser la place à quelques scratchs. Ne dépassant que rarement les trois minutes, les titres sont percutants et évitent toutes fioritures. Pour donner un peu d'espace aux propos, des interludes instrumentales sont en revanche programmées. L'album est de ce fait assez dense et, malgré un relâchement avec un Free un peu mou, tient en haleine de bout en bout. Le rappeur américain sait tenir son auditoire avec son franc parler et son sujet qui lui évite de se disperser.

 

Le rap américain indépendant s'est fait un peu discret cette année, espérons que les albums de Blacastan et de He.llsent ne soient que les prémices d'une fin d'année plus intense. De bons prémices !

 

http://www.galapagos4.com/images/news/Hellsent_FalseProfit_web.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

YyrkoOn 12/08/2010 06:10


Le tout est de savoir ce que l'on considere comme les valeurs originelles du Hip Hop, surtout que la ligne est parfois mince entre le plagiat et l'hommage ...

En se qui concerne se disque, je le trouve bien plus frais et identifiable que celui de Blacastan (certain beats sonnent même assez Dirty South comme sur "number 9", ce qui créé un decalage sympa
avec le flow plus oldschool du gars) mais sur la longueur son flow un peu trop "posé" a fini par me lasser surtout que les samples sont un peu grillé (aerosmith c'est marrant, mais Eminem nous a
deja fait le coup) et au final je trouve que ca manque un peu de folie. Sur le même label j'ais préféré Qwel & Maker. Mais le mieux, ca reste encore Edan que tu as brillament chroniqué il y a
quelques mois.


Chroniques électroniques 12/08/2010 18:50



J'avais aussi adoré le Qwel & Maker, qui reviennent d'ailleurs en septembre.


Raph