Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 13:30

Sortie : 3 mai 2010

Label : Circus Company

Genre : House

Note : 6,5/10

 

Mégalomanie ou simple volonté de tout contrôler ? Guillaume & The Coutu Dumonts n’est rien d’autre que le projet solo de Guillaume Coutu Dumont. A l’écoute de son nouvel album, après Face A l’Est sorti discrètement en 2007, on saisit que le père Guillaume n’est rien d’autre qu’un amoureux de la house et des métissages sonores que l’on peut provoquer avec un simple schéma 4/4. Breaking The Fourth Wall, qui sort sur le label parisien Circus Company, permet de confirmer les influences world-jazz du Montréalais installé à Berlin depuis quelques années.

Sans être une totale réussite, ce Breaking The Fourth Wall n’en reste pas moins un album house fortement respectable, un objet finement travaillé dont l’aspect live en est le principal atout. En apparaissant sous le nom de Guillaume & The Coutu Dumonts, notre homme affiche ses intentions instrumentales. Sous fortes influences afrobeat et latine, les 11 plages s’enchaînent avec finesse. Il faut dire que Guillaume prend son temps et n’hésite pas à dépasser les 10 minutes pour mieux capturer l’auditeur dans son monde. Parfois, la sauce prend comme sur l’hypnotique On The Lips (avec Dave Aju) ou sur le vaporeux Discothèque avec son finish floydien. Parfois, on frôle l’ennui à cause d’une trop grande linéarité comme sur Mindtrap.

Mais c’est en utilisant avec une judicieuse parcimonie des saxos, congas, orgues Hammond ou pianos que Breaking The Fourth Wall gagne en profondeur comme sur l’électro downtempo de Radio Novela portée par la voix de Dynamike. En étant davantage un album se destinant à une écoute domestique qu’un album taillé pour la piste, on finit lentement mais sûrement par se laisser hypnotiser par ce groove. Guillaume possède ce talent pour transformer un simple morceau house en odyssée chaleureuse.

Difficile de critiquer ouvertement ce LP tant le travail de Guillaume Coutu Dumont est pointilleux et cohérent. L’album coule tout seul et rien ne semble pouvoir arrêter ce léger état comateux. Mais en jouant trop souvent la carte des morceaux élastiques, on frôle parfois une certaine lassitude. Malgré cela, ce Breaking The Fourth Wall reste un album house fortement recommandable.

 

http://static-2.socialgo.com/cache/116370/image/604.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires