Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 10:57

Sortie : 12 septembre 2011

Label : Kompakt

Genre : Techno

Note : 5,5/10

 

Gui Boratto n’a pas vraiment volé son statut actuel. Tête de gondole du label Kompakt, ses disques se vendent comme des petits pains. Après tout, ce n’est pas totalement démérité même si son précédent LP, Take My Breath Away, n’était pas à la hauteur d’un premier album ensorcelant. Lorsque Chromophobia est sorti en 2007, c’est par la finesse d’une techno solaire que Gui Boratto nous a captivé. A l’époque (et même encore maintenant), le single Beautiful Life nous transportait dans une odyssée techno-pop aérienne infinie. Quelques compils et une longue tournée plus tard, débarque le nouvel opus du Brésilien, III.

 

Il est désormais acquis qu’il existe un son "Gui Boratto" reconnaissable dès les premières mesures. La basse est profonde, le trip aérien, l’esprit trancey et les mélodies pop naïves. On pourrait aisément rapprocher ses productions de celles d’un Paul Kalkbrenner, à la différence que Boratto tente d’y insuffler plus de puissance. III répond parfaitement au cahier des charges que le Brésilien semble s’être désormais imposé. Autant on prend du plaisir à replonger dans cet univers, autant on en saisit rapidement les limites.

III n’est pas un album techno foncièrement mauvais, il est même plutôt plaisant dans son ensemble. Malheureusement, les ficelles sont bien trop grosses. On connaît la chanson et la redondance devient rapidement le pire ennemi de Gui Boratto. Chaque morceau ne surprend pas sans pour autant être rédhibitoire. On nage entre deux eaux. Le souci vient aussi d’une étrange exploitation des thèmes et mélodies. Entre les morceaux qui s’étirent (Galuchat) alors que 3 minutes auraient suffit, ceux qui dégagent un impressionnant potentiel mais souffre d’une mauvaise gestion des montées (Stems From Hell) et ceux qui sont parfaitement anecdotiques et font figure de modestes bouche-trous (Trap, Destination : Education), on est bien enmerdé.

Mais le principal problème de III est de miser sur un mixage catastrophique. Pourquoi diable avoir voulu autant compresser le son ? Le rendu ne correspond aucunement à la musique aérienne du Brésilien. Tout sonne plat. Rien ne dépasse. On frôle l’ennui. C’est fichtrement couillon étant donné le fait que certains morceaux auraient ainsi pu sortir du lot et nous propulser dans les étoiles. On sent que Striker possède une énergie rock à la Vitalic mais les montées sont effacées, on saisit le potentiel mélodique de The Third mais rien ne se passe au final et la beauté mélancolique de This Is Not The End est elle aussi annihilée. Quelle déception !

 

Gui Boratto a préféré rester dans ses pantoufles en livrant un album prévisible. Après tout, ce n’est pas un reproche si seulement III n’était pas totalement parasité par une volonté d’aseptisation sonore. Il y avait matière à livrer un album bien plus prenant, un objet puisant sa force dans sa trajectoire aérienne. Mais III préfère frôler l’ennui. Dommage.

 

http://minimalistica.org/wp-content/uploads/2011/09/Gui-Boratto-III.jpg

  par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Alexandre 07/09/2012 18:15

Take my breath away pas à la hauteur... ? Un album scandaleusement ENORME ^^. Saurais tu quand son prochain album sort car comme toi j'ai été fortement dessus par III après deux premiers albums
Supers

Pyretux 19/12/2011 14:11

Je vous trouve bien dur avec "Gui". Je n'ai pas écouté son deuxième album mais depuis "Chromophobia" il a quand même fait du chemin. Je le trouve plus sombre et moins prévisible (hormis dans les
sonorité mais bon c'est "sa patte"). Il mérite au moins 7, quand on voit Paul Kalkbrenner qui s'affaisse, Dusty Kid qui va jusqu'à réutiliser les même mélodie (ARGIA=MILK!!!!!)
Gui Boratto m'as vraiment surpris...

Raph 22/11/2011 10:54

Ouais vraiment décevant :(

Blog House 17/09/2011 09:13


Impression mitigée pour moi aussi, d'un coté on sent une volonté de se renouveller plutot réussie avec The Drill ou Sterms from Hell mais c'st vrai que pour le reste on reste sur sa faim. Ah ouai
This is not the end est top quand meme, dans la lignée de Beautifull Life...


Michel 12/09/2011 21:08


Il tourne depuis 2/3 jours chez moi, et j'avoue avoir un peu de mal aussi..
Mis à part quelques tracks sympatiques Stryker, The drill, Soledad, on s'ennuie ferme.
Bien loin de son premier skeud.

Autre chose qui n'a rien a voir, allez vous chroniquer le dernier Apparat ?


Chroniques électroniques 12/09/2011 22:43



Oui c'est prévu. Il le mérite tellement.