Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 12:37

Sortie : Janvier 2012

Label : Warp

Genre : Private joke

Note : 3,5/10


Il est révolu le temps du double CD d'anthologie sorti chez Warp il y a 10 ans. Nous sommes aujourd'hui confrontés à un album de 24 minutes qui, dans nos rangs, a résonné comme une immense blague : 10 morceaux, 1 seul de plus de 3 minutes... Gonjasufi possédait un premier album rigolo bien que mièvre. Aujourd'hui, avec MU.ZZ.LE, il provoque un gros bide avec son sketch dégoulinant de morceaux lourdingues et sans aucun intérêt.

On tombe dans le ridicule pseudo-psychédélique, proche d'un Hip-Hop de vieillard à jouer en pleine journée dans les cimetières. C'est noisy et saturé à outrance avec comme seul intérêt de nous abrutir les oreilles. L'album est un véritable calvaire à haut niveau sonore. Il est formaté avec des morceaux linéaires et conformes n'inspirant rien. Malgré la ressemblance, on est à l'antipode du chef d’œuvre éponyme de cLOUDDEAD, qui était pour le coup varié, long, avec une ambiance unique dans une structure plus qu'originale. Impossible d'apprécier une boucle pourrie de quatre mesures se répétant sur deux minutes. Le tout saupoudré d'égosillements artificiels d'un chanteur dépressif et pompant. Gonjasufi devrait se mettre à l'auto-tune, j'en serai ravi.

Il y a une conspiration derrière cet album. Est ce une blague assumée ? Monsieur fait du plagiat sur le manifeste du Abstract Hip-Hop : Endtroducing.... Ainsi, les rythmiques de Nikels and Dime ressemblent étrangement à celle de Naplam Brain/Scatter Brain de Dj Shadow, tout comme celles de Timeout sont proches du Mutual Slump composé par le pionnier (et j'en passe, tant le nombre de ressemblance avec Endtroducing..... saute aux yeux). Outrageant encore, Blaksuit ressemble à un remix de Limit to your love de James Blake. Abus d’interprétations, où peut-être trouverez vous d'autres easter egg dans le disque de Gonjasufi ? C'est aussi peut-être une simple constatation d'un manque général de créativité, qui pousse les auditeurs à un suicide collectif. Je doute que l'artiste ai écouté son travail après l'avoir composé. L'expérimentation reste toujours en surface et s'enchaîne alors un zapping de morceaux brouillons, aux mélodies ayant à peine eu le temps de nous dire bonjour. Résumons-nous, il est impossible de s'emmerder, le temps ne nous laisse même pas ce mérite. Même en tombant dans le piège stéréotypé de l'artiste, à fumer spliff sur spliff en se prenant pour un jamaïcain, je doute que l'album rehausse en intérêt.

Comment un musicien peut-il mettre au monde un album aussi honteux dans sa forme ? Et cette voix, ce micro, je ne sais pas, égorgez-le, ou mettez-le à la guitare acoustique. Courrez dans vos maisons de quartier rencontrer les petits beatmaker de demain, au lieu de vous masturber sur les sorties blasées de Warp Records qui ne sont plus que le chat dans la gorge de la musique électronique.

 

http://musikplease.com/wp-content/uploads/2011/12/gonjasufi-mu-zz-lz.jpeg

 

par Pneu Rouillé

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

SEN 27/08/2012 15:06

Quelle passion dans les commentaires... C'est une question de sensiblité, la chronique est peut être un peu outrancière mais certains commentaires le sont encore davantages... J'aime cet album de
Gonjasufi au point que l'édition vynile est en route pour ma platine, personne ne vous demande d'être d'accord avec Pneu Rouillé, un peu de courtoisie ça n'a jamais tué personne !

DUVE 01/05/2012 00:41

Tu n'es qu'un petit aigris...

Carl 09/03/2012 20:54

Ton article me rappelle, assez amèrement, que pour qu'il y ait des génies dans ce monde, il faut également des idiots. Merci à toi de permettre à ceux-ci de s'élever... débile.

Christophe aka Mario Cavallero Jr 06/03/2012 10:54

Waouh !

On ressent effectivement une sorte de mauvaise foi, mais n'est-ce pas un simple dégoût pour ce type de musique ? Toujours est-il que ce tir tendu me rappelle la série des Top of the flops lancés
naguères par le Golb de Thomas Sinaeve, et que sous des attaques on lit en contrepoint des déclarations d'amour (la voix de ce mec n'est pas celle de Gil Scott Heron mais on ne peut pas reconnaître
quelque chose d'hors du commun, y compris sur cet album, par exemple sur Timeout).

Brefle, ce billet, un chouia étonnant sur ce site d'habitude plus "rigoureux" mérite quand même la visite, ne serait-ce parce qu'il ne caresse pas dans le sens du poil un album assez apprécié, bien
qu'un ton en deça du premier (même si pour l'instant je cocoone beaucoup dessus, probablement sa texture trip-hop).

C'est d'ailleurs pour ça que je me suis permis de faire un lien (http://classementdesblogueurs.fr/WordPress3/2012/01/01/gonjasufi-muzzle/) depuis notre fiche album sur ce billet pour donner envie
aux lecteurs du collaboratif Classement des blogueurs de découvrir cet album. Merci.

Et vous êtes bien évidemment tous bienvenus sur le Classement des blogueurs pour découvrir des albums, en proposer, et donner vos avis par des notes.

À bientôt.

Darius Pronowski 02/02/2012 10:50

Putain je suis pas réveillé, mille et une fautes dans mon commentaire précédent... Désolé !