Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 15:34
Sortie : 8 mars 2010
Label : Warp


Gonjasufi trimbale sa coiffe léonique des rues de Los Angeles au désert Mojave en plein Nevada. Il y a de fortes raisons de penser que ce type a été frappé par la foudre (ou la foi) sur le chemin.
Soyons clairs, il y aurait eu peu de chances que cet album soit chroniqué par nos soins s'il n'avait pas été publié chez Warp. De plus, A Sufi and A Killer est en petite partie produit par une sacrée pointure : Flying Lotus. Mainframe et The Gaslamp Killer interviennent également. De quoi attiser un peu plus notre curiosité, face aux fréquentes et inégales ouvertures indie de Warp.

Ceci est un album foutrement mystique, se situant quelque part entre la soul chamanique et le rock psychédélique. Terriblement roots, le son apparaît parfois volontairement cradingue.
Gonjasufi compense ses carences vocales par une envie et une foi indéfectible en ce qu'il fait.
Rituels sioux, cithare indou, crépitements de vinyle à la broche parsèment cet opus un rien bordelique. Les fans de Flying Lotus reconnaîtront son empreinte unique sur le jubilatoire liquid glitch hop de Ancestors. Avec le très bon Holidays, c'est pratiquement le seul titre où l'électronique fait son apparition.
Sans céder à la tentation convenue de brailler des Jah Ras Tafari ! à tout bout de champ, Gonjasufi égraine sa vision mystique et prophétique de manière habitée. Il lui arrive même parfois de beugler, comme sur She Gone ou SuzieQ, où l'on sent parfois l'influence de formations progressives comme King Crimson. Et oui, rien que ça...
Sur le bon, enlevé mais un rien foutraque Kowboys & Indians, une gitane vient même lâcher sa plainte sans piquer le moindre porte-feuilles.
Seulement voilà, cet album contient également des morceaux moins aboutis et plus dispensables.
On pardonnera facilement à Gonjasufi ces quelques écarts car son côté perché et mystique a quelque chose d'attachant.
Celui qui pose un visage de négus éthiopien sur une pochette psychédélique ne peut foncièrement pas être mauvais.

Un album gentiment bordélique donc, mais qui contient pas mal de bonnes choses. Retranscrire cet album en live pourrait s'avérer être une catastrophe sans nom où s'élever comme un spectacle hypnotique et littéralement habité. L'avenir nous le dira, ou pas, si comme certains adeptes de la théorie du complot le pensent, Gonjasufi ne serait qu'un side project de Sufjan Stevens. Le prénom Sufjan étant contenu dans Gonjasufi. Y a quand même des dingues.
Au milieu des survivalistes du Nevada, on imagine bien un dreadlock se fendre la gueule devant cette idée saugrenue.
                                  http://media.warp.net/images/WARPCD172.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Lions 25/01/2012 10:19

On dit "JAH RASTAFARI" et non "JAH RAS TAFARI". Sinon très bon album qui tourne encore en boucle chez moi. Avec son dernier opus bien sur : MU.ZZ.LE !!!

DrNz 15/09/2010 12:33


Excellent album concocté de main de maitre par The Gaslamp Killer.

J'ai réuni quelques morceaux originaux dont sont tiré certains samples, écoute, écoute : http://www.foxylounge.com/Erkin-Koray-Las-Grecas-VS


DrNz 09/04/2010 17:10


Un excellent album qui tourne en boucle par chez moi!

Petite précision, Gonjasufi c'est le nouveau nom du rappeur Sumach (plutôt hardcore) qui officie depuis un moment aux abords de Las Vegas et de L.A.

Viendez lire ma chronique ici : http://www.foxylounge.com/GONJASUFI-A-Sufi-and-a-Killer


romink 08/04/2010 23:23


raa vous allez chercher loin là :)(je parle de la fin du billet hein...).

C'est vrai, je ne me suis pas posé la question du live, ça m'intrigue et me donne drôlement envie...


Benoit - Hop Blog 09/03/2010 11:55


Un album foisonnant de références, de sons, un vrai plaisir... le genre d'album que je n'attendais plus forcément chez warp !