Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 17:29

Sortie : avril 2010

Label : Ant-Zen


Tous les deux ans, Ginormous présente des albums reflétant ses voyages et ses pensées aventureuses. Hymen Records et son papa Ant-Zen ont toujours été là pour publier ses splendides essais. Les deux premières réalisations de celui qui se nomme en réalité Bryan Konietzko ont laissé des traces indélébiles dans l'esprit de ceux qui s'y sont immergés. La richesse du projet réside dans son originalité et dans sa glorieuse capacité à se renouveler. Ginormous est quelqu'un qui est sans doute incapable de faire dans la redite. A en croire la magnifique photo qui fait office d'artwork, c'est cette fois-ci au coeur du désert du Nouveau Mexique et en hiver que nous emmène l'insatiable voyageur. Partons vite.


L'Américain a depuis ses débuts fait la rencontre de nombreux artistes, et plus particulièrement la chorégraphe de danse contemporaine Maria Gillepsie. Ce nouvel opus était à la base conçu pour accompagner le spectacle de cette dernière. On ne doute à aucun instant du résultat tant on constate que la musique de Ginormous a une dimension picturale indéniable. La mélodie s'érige tel un tableau mouvant, mêlant IDM et compositions classiques modernes. Les cordes sont dotées d'une sensibilité de porcelaine, les synthés sont quant à eux presque effacés comparés aux albums précédents.

Ceux qui ont l'habitude de me lire me reprochent souvent d'annoncer l'album de l'année toutes les semaines. Même si je le pense ici fortement, je ne vais pas m'y risquer et vais juste simplement dire que ce type est capable d'installer une révolution folktronica. North, Part 1 est le morceau qui motive mon propos. C'est sans doute ce que j'ai entendu de plus beau depuis très longtemps. On se croit spectateur du bon vouloir de dame nature et des éléments, un vent électrique labourant une forêt de sapins bleus pour ne plus laisser place qu'à la plénitude, l'immensité, à perte de vue...

En plus d'être un compositeur et un producteur esthète, Konietzko sait aussi s'entourer d'amis capables de sublimer sa musique. Le chanteur Rohner Segnitz transperce les nuages de cette production céleste pour poser son timbre filtrée sur quatre titres. Même si tout est très beau, on retiendra plus particulièrement ses divines interventions sur Lycanized et le bouleversant A Darkness By Day. Même Deru vient mettre la main à la pâte sur North, Part 2, lui qui est d'habitude plus coutumier de productions abstract hip-hop. Un autre diptyque splendide est accompagné d'un collaborateur : Bryan Landers sur Fallen For Nevers.

Tant de romantisme et de sensibilité dans ce disque qu'on en essuierait presque une larme, comme sur le cristallin et tout en tension Hollow Ashes. Certains trouveront ça et là des effluves de post-rock, d'ambient et même de drone.

La violence des éléments reprend ses inaltérables droits sur le titre qui donne son nom à l'oeuvre, le paysage n'est jamais si beau que quand il est vierge de tout passage. Ceux qui écouteront comprendront... ou pas.


Le label Ant-Zen avait pris l'habitude d'abreuver ses fans de bon goût de productions industrielles  ou ambient abruptes et rugueuses. The Sound Of Love Impermanent déboule comme une bouffée d'air pur. Plus que ça, un disque absolument incontournable pour tout mélomane féru de volupté. Permettez moi également de vous inviter à contempler les photos prises par l'artiste sur son site officiel (ici).

 

http://3.bp.blogspot.com/_GSTkcFN7zdo/S9jd1ZaD_wI/AAAAAAAAA3U/lke6n3SExjw/s1600/cover.jpeg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Astro 27/04/2010 02:04


C'est autre chose que le flying lotus quand même! C'est pas la même chose tu me diras ; c'est clairement autre chose je te répondrais dans un demi sourire sardonique !… (je conseil la page wiki
qui, en plus de vous fournir la définition d'un mot que vous rechercherez peut être, se foulera de l'illustration la plus... surprenante:) - Bref, ça c'est du lourd, comme on dit, des fois, il me
semble, encore... Je sais même pas s'il ne ""détrône"" pas le felhmann pas tant ""musicalement"" que parce que la c'est vraiment un album et que forcement il a du se soumettre a plus d'éléments
pour y parvenir et que donc voila !...

+

Astro

ps: Eponyme quoi...:)