Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 09:33

Sortie : Mars 2012

Label : Dynamophone

Genre : Ambient, IDM, field-recording

Note : 8/10

 

Au Japon, les mégalopoles ne sont jamais loin d’une nature omnisciente. Cette dualité confronte les extrêmes, insufflant à l’homme la dose de respect nécessaire. On ne transige pas avec la nature, on apprend à vivre avec, à ne pas empiéter de manière ostensible sur son territoire. Ce profond respect de la terre est la composante essentielle de la culture nipponne.

Il existe une esthétique « nature » dans le domaine musical. Difficile à définir verbalement mais automatiquement identifiable auditivement, le genre est incontestablement poétique et lumineux, ralenti et élégiaque. Geskia!, que l’on avait connu plus urbain, notamment sur l’excellent album glitch-hop Eclipse 323, a donc décidé de suivre la voix de mère nature pour un Muon en tout point exemplaire (et disponible à un prix démocratique sur Bandcamp).

Tout en courbes, volutes et contemplation mélancolique, Muon fait partie de ces disques que l’on aime se caler au chaud, pour une écoute religieuse. Une des clés de l’album se trouve d’ailleurs dans les titres de ses morceaux puisque si l’on prend la première lettre de chacun, on obtient « I am Lonely ». Vous aurez donc compris que seul une écoute solitaire vous amènera à flirter avec l’extase.

Ode absolue à une nature bienfaitrice, on ferme alors les yeux pendant 1 heure, à la recherche du temps perdu des souvenirs enfouis. Geskia! nous invite à une ballade lente et vaporeuse, parfaite métaphore d’une rosée matinale qui n’en finit plus de prendre son temps, laissant la brume s’évaporer au rythme lent d’une source proche.

La plupart des morceaux jouissent d’une même organisation, comme pour mieux souligner l’aspect profondément structuré d’une vie. Suite à une lente mise en place d’une nappe ambient, la progression prend place. Des fines clochettes, en forme de poussière scintillante, viennent vous chatouiller pendant que la magie tenace du field-recording peut opérer. Entre paraboles aquatiques ou émergence d’un feu lointain, nous sommes bel et bien au cœur de la nature. C’est lorsqu’une nappe supplémentaire apparaît, comme rehausseur d’émotions, que le morceau prend alors vie et vient nous bousculer. De manière régulière, Geskia! ajoute une fine touche d’IDM. Mais là où cette dernière aurait pu robotiser l’ensemble, c’est l’inverse qui s’observe. L’humain trouve alors sa place dans ce puzzle, il est convié à errer dans cet espace de liberté totale avant qu’une lente descente s’opère.

Muon est un album qui fera succomber les cœurs de pierre les plus récalcitrants. Que celui qui n’éprouve aucune émotion sur Abuttal, Melamine ou encore Lachrymose, viennent immédiatement se manifester. Sincèrement, rarement un album d’ambient-IDM aura su à ce point touché ma corde sensible. A ce niveau-là, ça relève presque de l’indécence. Soit Geskia! est un pur génie de la musique électronique, soit il est un alchimiste de la poésie. Je préfère opter pour la seconde solution, me disant ainsi qu’il existe encore des magiciens capable de vous transpercer le cœur avec deux bouts de ficelles.

 

http://f0.bcbits.com/z/42/73/4273643858-1.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Poulain 29/05/2012 15:29

Merci pour cette chronique, fort intéressante !

Cornell 21/05/2012 19:38

Magnifique, merci.