Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 14:27

Sortie : avril 2011

Label : DeepVast

Genre : Abstract Hip-Hop, Cinematic Electronica

Note : 8/10

 

Seuls les défricheurs de netlabels où les nostalgiques de l'acid hardtek de Sagaloops au début des années 2000 connaissent Frank Riggio. Ce Français, aujourd'hui basé aux environs de Toulouse, s'est intéressé au sound design et au hardware il y a quelques années. Il a enfanté de deux albums, Anamorphose (chez Spectraliquid) et Symmetric Human Door (chez son pote Spoonbill de Omelette), encore aujourd'hui disponibles en libre téléchargement (Pour ceux qui aiment la lecture, les chroniques sont ici et ici). Certaines mauvaises langues disent qu'il copie vulgairement Amon Tobin. D'autres plus inspirées, disent qu'il s'est surtout inspiré de sa manière d'envisager le sampling et les breakbeats. Riggio nous a récemment confié, lors d'une interview à venir, qu'il abandonnait le "tout sampling" et qu'il souhaitait construire une trilogie ambitieuse d'albums. Texturtion/Distosolista, double EP formant un album, s'élève donc comme le plaidoyer ou la thèse, d'un artiste qui souhaite amener sa musique à un niveau de qualité et de diffusion supérieure. La récente annonce de sa participation au quatrième épisode des Emerging Organisms de Tympanik semble confirmer la tendance.

 

Avant toute chose, oui, Frank Riggio est un enfant du hip-hop qui s'est pris les cadors de Ninja Tune en pleine gueule. Oui, il est sévèrement influencé par des pointures comme Amon Tobin, Blockhead ou Flying Lotus et Prefuse 73 (de chez Warp). Mais Riggio est surtout un bidouilleur insatiable, passionné par les techniques d'affinage et de mutation des textures. Renoncer au sampling c'est avant tout désapprendre sa manière d'envisager la musique, mais c'est aussi gagner en souplesse et en créativité. Et à ce petit jeu là, Riggio peut légitimement se targuer d'un titre d'orfèvre. Si Texturtion apparaît comme plus abstract hip-hop et donc plus proche de ses travaux antérieurs, les titres Soul Immersion, Visual Aura (délicieusement Blockheadien dans les cuivres) ou le lumineux Eclipsed By Its Star s'élèvent comme des oeuvres inspirées par les anciens, mais utilisant une technologie moderne que Ninja Tune ne s'est jamais donnée la peine d'exploiter (ou alors, à de rares exceptions).

La vraie surprise vient du fait que sur Distosolista, le Français a su sublimer la dimension psychédélique qui éclaboussait ses anciens travaux. Sa dark side quelque peu expérimentale ne nous avait pas encore été aussi bien révélée. Mutation, distorsion, échantillonage et parasitage sont les maîtres mots de cette électronica évocatrice, digne d'un film d'angoisse en eaux troubles. Se distinguent particulièrement le positivement cradingue DongDongDong, Derozen, Ten Aura, Morphing Bass et Beat Wing. Parvenir a rendre complémentaire ses deux EP très différents n'était pas chose aisée. Avec son inaltérable goût pour les breakbeats et les basses trépanées, Riggio y est parvenu en transformant son style influencé en approche originale.

 

Cette réalisation semble néanmoins être un cri d'amour propre, venant d'un artiste qui souhaite maintenant sortir du bois de la confidentialité parfois imbibée d'amateurisme, et être reconnu à sa juste valeur. Le voilà plus que bien parti tant cet album est un bel objet. Mais cette troublante réussite ne pourrait malgré tout être qu'un teaser de la trilogie à venir, tant la créativité et le potentiel du Français semble s'être décuplés. Laissons un certain Shift. finir l'artwork du premier volet et plongeons nous dans une attente qu'on espère assez courte. Aux labels de jouer. Frank Riggio fait en tous cas une entrée avec fracas dans le monde des musiques payantes. Précisons que la somme est modique et que l'objet vaut largement son acquisition. Le téléchargement tue les artistes. Téléchargez Sebastian.

 

http://f.bandcamp.com/z/20/50/2050148662-1.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

yannguilec 28/06/2011 18:16


Slt la rédac !
Très bon site aux commentaires bien fourni.Mais c'est vrai comment peut on siffler Richie?
Y'a qu'avec tous petits cons de parisiens qu'on peut voir ça. Aucunement à Berlin ou au Fuse .
Après on s'etonne qu'il vient rarement chez nous...


shift. 28/06/2011 16:04


T'es pas très gentil envers moi qui t'ai pourtant fais du logo et de la bannière pour pas un pécos.
et des services sexuels qui n'ont pas besoin d'être détaillés ici.

Tu me vexes.
Alors que Frank, lui il m'enjoue.


shift. 28/06/2011 09:14


Et en plus c'est un mec adorable.
Plus que nous tous d'ailleurs !


Chroniques électroniques 28/06/2011 15:30



Forcément plus que toi, c'est clair.



Joël 27/06/2011 10:31


Brillantissime! Ce sera pour moi LA (première) découverte de 2011. Merci!


Benk2000 24/06/2011 09:52


ouai ouai, moi aussi !!! d'ailleurs on est beaucoup sur chroniques électroniques a l'adorer ... me demande même si on va pas faire un charter pour aller le voir en live a ibiza ;)