Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 14:34
Sortie : 25 décembre 2009
Label : Spectraliquid

Le Français Frank Riggio créa le label Sagaloops alors qu'il n'avait que 18 ans. A cette époque, sa musique et ses productions étaient très orientées hardtek et faisaient le bonheur des ravers. Seulement voilà, l'âge aidant, Riggio tend à créer une musique plus "intelligente". Un premier album en 2007 et un EP cet été sont salués par bon nombre de spécialistes.
Cette fois-ci, il s'associe à l'excellent label Spectraliquid, proche de notre cher Tympanik, pour distribuer en libre téléchargement son nouvel album, Anamorphose.

Trois écoutes auront suffi pour être certain qu'Anamorphose aurait figuré en bonne place dans mon top album 2009 (ici) s'il était sorti avant.
Entre breakbeat et IDM, Riggio diffuse une musique proche de deux pointures qui l'ont influencé : Amon Tobin et Angelo Badalamenti.
La comparaison avec le premier est assez flagrante, le Français cisèle ses mélodies, utilise le breakbeat et le sampleur presque aussi bien que le Brésilien, comme sur son récent et cinématique Foley Room. Encore une fois, même si l'influence est évidente, Frank Riggio n'est pas un vulgaire copycat. Loin de là.
Le potentiel cinématographique de sa musique est indéniable. Sa capacité d'orchestration est assez bluffante tout comme son talent à retravailler les sources acoustiques.
Le bourdonnement du beat et ses ambiances lugubres confèrent à ce disque une dimension hypnotique et psychédélique plus qu'envoûtante.
Intelligemment, il sait quand lâcher les cordes (il aime bien les larsens) et les pianos.
La première partie de l'album est littéralement bouleversante. Anamorphose, Natural Trip, le martial Robots Designed By Robots, Ogo ainsi que les somptueux Blind City et Walk Under A Thundery Sky s'enchaînent, répandant un venin addictif dans nos oreilles.
La deuxième partie est certes un peu moins renversante mais recèle elle aussi son lot de pépites, comme Cicatrice et Statis Vampire.

Voilà un album pour lequel on pourrait étaler tout un arsenal de superlatifs. On regretterait presque de ne pas pouvoir se payer la version physique. En attendant, faites vous plaisir, c'est légal, gratuit et c'est ici.

                                http://img5.imageshack.us/img5/7218/frontanamorphose1000x10pi3.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires