Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 17:55

Sortie : novembre 2011

Label : Eglo records

Genre : Deep et micro-house, bass music, jazz fusion

Note : 8,5/10

 

Le jeune britannique Sam Sheppard, alias Floating Points, a le vent en poupe et toute l’attention des défricheurs. Depuis 2009 qu’il distille ses maxis (dont un sur Planet Mu), on attend de pied ferme un premier essai consistant, car sa deep-house jazzy teintée d’une touche subtile de bass music promettait de belles choses. Et voici donc Shadows, sur le jeune label Eglo Records, dont Sheppard est co-fondateur. Chance ! Les belles choses sont bien présentes sur ce long EP de plus d’une demi-heure.

 

La musique de Floating Points s’entend de prime abord comme une deep-house pastel, totalement instrumentale, au son analogique et vintage, toute de rondeur vêtue, sorcière et citadine. Les rythmiques y sont chaudes et lascives, appelant volontiers à la danse aussi bien qu’à la contemplation paresseuse. Les basses extraordinairement profondes sont d’une beauté à pleurer et offrent un groove intense, qui ne va pas sans rappeler la profondeur "bass music" de l’Angleterre de Sheppard. Obfuse s’ouvre sur de lentes notes de synthé, avant de muter en une micro-house aux inspirations proches des travaux de Villalobos, avec cette petite touche futuriste supplémentaire qu'on n'entend pas chez le chilien. Realise et ARP3 sont des bijoux de deep-house, plus directes et musclés, certaines rythmiques lorgnant là encore sur la frange la plus soul des bass music, d’autre sur la techno minimale du Detroit des années 90. On ne pense plus à Villalobos mais à Carl Craig, sans donc rien perdre au change.

Les morceaux Mirtle Avenue et Sais, respectivement début et conclusion de l’album, sont quant à eux de véritables pièces. Sur la première un synthé futuriste vous accueille, suivi d’une basse magnifique, avant qu’un nouveau synthé pianote une petite mélodie rappelant fortement le jazz fusion inspiré par du triangle d’or Miles-Zappa-Hancock. Une batterie jazzy, faussement ternaire mais vraiment jolie, en profite pour s’installer avant qu’un premier kick n’intervienne et envoie l’auditeur au ciel, avant un long break au piano modulé. Sais retourne quant à lui sur le terrain de la micro-house, mais toujours habitée par cet esprit jazz fusion, matérialisé cette fois par un break au violon à vous en fendre le cœur, en se permettant même des montées typiques de la minimale, sans que l’on trouve quelque faute de goût que ce soit. Hallucinant de constater à quel point la cohérence de ce disque touche à la perfection, alors même qu’il ne cesse d’entrelacer et diversifier les styles. Opposé à la deep house typée Smallville, misant sur un hypnotisme chamanique, ce Shadows est un disque vivant et ouvert, ondulant et soyeux, dont l’écoute au casque procure une extase auditive garantie.

 

N’y allons pas par quatre chemins : ce Shadows  est un disque génial, d’une beauté, d’une subtilité et d’un groove  bien supérieurs à l’ordinaire. Si Floating Points voulait se mesurer aux plus grands, le tour de force est brillamment réussi. Encore !

 

http://oedipepurple.files.wordpress.com/2011/11/click-350x350.png

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Barnabé 22/01/2012 19:10

Un bijou! Je n'ai jamais trop apprécié la deep-house mais la c'est tout simplement 40 minutes de bonheur!

Spektr 29/12/2011 14:04

Bonjour,

J'ai remarqué quelques oublis dans vos (excellentes, merci) chroniques...

Les 3 albums de 2562, dont le splendide Fever sorti cette année même ou encore le plus lourd Nomad de Headhunter...

Egalement chez Stroboscopic Artefacts, l'album Primal de Tomy Four Seven qui est l'essence même de la techno (l'album porte bien son nom).

Bonnes fêtes à tous, en espérant vite vous retrouver en 2012 pour de nouvelles chroniques!

Chroniques électroniques 29/12/2011 16:47



Euh... comment dire... le mec s'appelle "Tommy Four Seven", son LP c'est "Primate", et ce n'est pas sur Strobo mais sur CLR. Sinon ouais, il est cool le skeud !


P.A.



ProcessusMonomaniaK 24/12/2011 13:06

Merci pour cette chronique, vraiment une excellente musique !