Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 19:04

Sortie : novembre 2010

Label : Project: Mooncircle

Genre : Rap instrumental électronique

Note : 6

 

2010, année des producteurs russes ? Le netlabel Error Broadcast a tout fait pour, notamment avec la distribution des albums de DZA ou de OL et surtout avec sa compilation Fly Russia (chroniquée ici). Project: Mooncircle semble suivre la même voie avec, après la publication du LP de Pavel Dovgal (chroniqué ici), l'arrivée d'une sélection d'une grosse dizaine de beatmakers russes (après celle dédiée aux Japonais, chroniquée ici). Il est ici question d'un abstract hip-hop souvent bref, dans lequel l'électronique est plus que présente.

 

Il y a d'abord quelques figures connues comme Pavel Dovgal, appliqué sur Is On Fire, DZA, l'excellent Demokracy et son puissant Searchlight et enfin Long Arm, découvert sur la dernière compil' du label (chroniquée ici) et toujours sous perfusion de jazz apaisant.

Du côté des nouveaux, Moa Pillar lâche un Way Of Wind introspectif et posé où une flute japonisante vient troubler les grincements électroniques. Aktor ou encore Myown proposent aussi des plages inspirées, avec une pointe organique s'insinuant au milieu des machines au groove confortable. Sur Vladislav Kovac, le second cité parsème un beat alambiqué d'une nébuleuse de voix pour un moment de rêve éveillé.

L'univers exploré est moderne et synthétique. Les synthés sont omniprésents pour faire vivre les beats crépitants. Une ligne de conduite qui peut provoquer quelques ratés, notamment le Fireball minimaliste de DZA. La rythmique sèche ponctuée de sons de jeux vidéo est un hommage récréatif mais un peu limité. Shawalski a lui passé la frontière du mauvais goût avec une mélodie 8-bit infantilisante ponctuée d'invectives gorgées de reverb jusqu'à l’écœurement.

 

Mis à part ces deux fautes de parcours, cette compilation donne à la fois une bonne image du niveau et de la diversité de style de ces producteurs russes qui émergent actuellement. 2011 permettra sans doute d'en apprécier certains sur leurs propres albums ou maxi, car ils méritent de s'exprimer plus longuement. Pour ne rien gâcher, c'est en téléchargement gratuit (ici).

 

http://www.projectmooncircle.com/files/pmc034_cover_front_480px.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires