Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 15:30

Sortie : avril 2010

Label : Labelmaison

Genre : Afrobeat remixé

Note : 3

 

Il est généralement difficile de vivre dans l'ombre d'un parent qui a marqué l'histoire de la musique. Femi Kuti, fils du "Black President" Fela, a réussi à tracer sa propre route entre l'héritage afro beat paternel et sa volonté de s'exprimer sur un format plus proche de la chanson. Son dernier album, Day By Day publié fin 2008, faisait la parfaite synthèse de ces deux influences, avec des titres gorgés de funk et de jazz s'appuyant sur des textes accrocheurs. Un an et demi après ce succès qui lui permet encore de se produire régulièrement sur scène, le Nigerian sort une version remixée de l'album, comme il l'avait déjà fait par le passé pour Shoki Shoki. Pour ce dernier, les artistes conviés avaient su avec réussite donner une couleur techno-house homogène aux morceaux originaux. Pour ce premier volume de Day By Day Remixed, un certain éclectisme prévaut.

 

L'album débute par un You Better Ask Yourself passé à la sauce reggae par Bost & Bim, c'est ensuite les très en vogue Chinese Man qui donnent un ton rap à Day By Day avec une rythmique appuyée et quelques scratchs, avant de céder la place à Boombass qui transformera Lets Make History en house rappelant presque les premières heures de la french touch avec cette guitare ensoleillée. La première impression est donc plutôt agréable : de la diversité et une certaine inspiration. L'écoute se prolonge alors avec General Elektriks qui offre lui aussi une relecture, peu éloignée de l'original, de You Better Ask Yourself, puis les Américains de EarthRise SoundSystem s'attaquent à Demo Crazy utilisant des effets dans un esprit dub. Les minutes s'écoulent et le sentiment d'inutilité de ce disque grandit.

Les remixs proposés sont plutôt agréables, mais ils souffrent de deux gros problèmes : ils n'égalent jamais les originaux et ne s'en détachent pas assez pour les faire oublier. Les producteurs ont beau se succéder, avec plus ou moins de réussite, l'intérêt ne remonte pas vraiment. One Two (Garth Trinidad's FiyahDubb!), qui constitue un parfait contre exemple à ces reproches en alliant originalité et un résultat plutôt intrigant, ne suffira pas à redonner de la consistance à l'ensemble. Aussi éloigné de la version de départ, le Eh Oh de Liza Richardson manque lui sérieusement de consistance, tout en restant moins pénible que le You Better Ask Yourself final de Jason Bentley.

 

Une seule idée en tête à la fin de cette série de remixs : réécouter l'original, bien plus puissant et personnel. Reste seulement à espérer que les personnes qui découvriront Femi en club grâce à ces versions auront ce réflexe... ce disque aura ainsi eu ce mérite.

 

http://c4.ac-images.myspacecdn.com/images02/124/l_8f13706473a94dd3aaabfd23a21a2dd7.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Paco 27/04/2010 16:38


à l'écoute de quelques remix de cet album, je trouve aussi qu'il est préférable de se replonger dans l'original. C'était une réussite alors qu'on avait l'impression que Femi avait alors un peu
perdu le fil.