Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 01:09

Sortie : juin 2012

Label : Home Normal

Genre : Field Recordings, Electronica, Ambient

Note : 9/10

 

Federico Durand fait partie de ces musiciens qui sont avant tout connus de ceux qui les connaissent. On sait qu'il est argentin, qu'il boit du thé, qu'il apprécie la nature et ce qu'elle a à offrir, la poésie de John Keat et qu'il est reconnu par certains labels au pays du soleil levant. Déjà auteur de deux autres albums en 2010 et 2011, dont le salué La siesta del ciprès, il est rapidement repéré par Ian Hawgood, qui dirige l'excellentissime label Home Normal entre l'Angleterre et le Japon. El Libro De Los Arboles Màgicos est sorti le mois dernier, et malgré la désarmante simplicité qui l'habite, il est un des indispensables albums de cette première partie d'année.

 

Home Normal est un label particulier. Qui écoule parfois tous les exemplaires de ses aventureuses réalisations à la période de la pré-commande. Pourquoi se lancer dans une campagne de promotion féroce quand la réputation (et la constante qualité) suffit à elle seule pour assurer succès critique et commercial (sujet relatif quand on presse à moins de 1000 exemplaires) ? Je suis donc comme le commun des mortels, contraint à me ruer sur les vendeurs spécialistes indépendants pour tenter d'obtenir ma copie tant convoitée. J'ai compris depuis déjà quelques temps, qu'il était inutile de harceler Ian Hawgood pour tenter de négocier des réceptions promotionnelles. Voici pourquoi les chroniques d'albums estampillés Home Normal ne sont pas légions, même si ils le mériteraient pratiquement tous.

Malgré son intitulé ô combien évocateur, l'opus de Federico Durand s'élève comme une alternative aux cons adeptes de la méditation dirigée, en quête d'un animal porteur de force au fond d'une caverne trop paisible pour être honnête. Il est aussi adressé à ceux qui souhaiteraient entamer un périple en Amérique du Sud bien différent de celui proposé par un échappé de Cabaret Voltaire entre Mexico et Vera Cruz l'année dernière : l'excellent, caniculaire et rugueux El Tren Fantasma.

El Libro De Los Arboles Màgicos décrit un havre de paix, entre rêve et réalité, en terre argentine, là où vie encore la mère de Durand, aux abords de la montagne Serranita et des rivages de la rivière Anisacate. Un endroit à l'abri des hommes et des tourments du monde, où les plaisirs simples s'accordent avec une flore et une faune luxuriante. Un lieu où l'harmonie ne serait pas un concept vain et obsolète. Un endroit où il ferait bon vivre, et où on accepterait un jour plus facilement d'aller fertiliser les chrysanthèmes.

Des oiseaux qui chantent, une rivière qui rigole, un vent calme qui berce la feuille des arbres... les albums qui témoignent de leur amour transi à Dame nature pullulent depuis déjà bien longtemps dans les bacs du monde entier. Il n'est pas rare de tomber sur des caricatures vides de sens et d'âmes au milieu de toute cette profusion de volupté bucolique. Matthieu sait mieux que quiconque qu'au banc des appelés, on comptera au final peu d'élus. L'album aujourd'hui présenté, malgré sa totale absence de velléités de démonstration et de révolution, peut prétendre à l'excellence.

Parce que son auteur emmènera avec lui sa vérité, entre sa part de réel et celle de fantasme, et qu'il transmet à partir d'un endroit connu de lui seul une forêt d'images, un océan d'élégantes mais simples émotions, où chacun trouvera son propre tabernacle dépourvu de tout symbole. D'être, ne fut-ce qu'un instant, cet enfant sans âge à la coiffe candide et naïve, qui parle à la terre et à ce qu'elle abrite.

Le coeur de cette étrange et minimaliste electronica ne bat pas au son des pourtant admirables field recordings. Elle trouve toute sa substance dans une réverbération limpide et profonde, qui fera basculer une bonne partie de l'oeuvre vers un post-rock suave et pénétrant (comme savaient en faire les Sigur Ros à leurs débuts) ou un shoegaze nouveau, sage et organique, qui n'aurait pas peur de la lumière et de l'absorption salvatrice de certains drones dénués de toutes sombres intentions. L'ombre est parfois limpide et gorgée de chaleur, lorsqu'elle est lâchée par la main qui protège plus qu'elle ne menace. Elle n'est même jamais aussi belle, drapée dans le mystère de son histoire, mais elle n'a plus rien à cacher. Elle fait face à la beauté sauvage et tranquille du lieu. Elle abdique, et sourit, dans ses apparats de boite à musique pour les cadavres des enfants que nous fûmes. Les cordes développent leur simple mélopée une fois sur un arbre perchées, s'envolant vers des sommets seulement accessibles à ceux qui savent encore rêver. Même si il ne transforme en ange sans ailes que pendant 45 minutes les âmes les plus bourrues, au moins, le rêve aura vécu.

 

Sold out très rapidement après sa sortie, il est question que cet excellent album se voit prochainement attribué une (dernière) presse supplémentaire de 200 exemplaires. Inutile de prévenir qu'il y aura là aussi bien peu d'élus. C'est sans doute aussi ça qui rend de telles oeuvres aussi personnelles et indispensables. Devrais-je dire un écrin de bien être, de paix intérieure, face à tout ce qui ne fait que bouillir dans la noirceur.

 

feder.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

PmK 11/09/2012 22:01

Encore merci de nous faire découvrir des chefs-d’œuvre tel que cet album !

Chroniques électroniques 12/09/2012 03:00



de rien, je le fais surtout pour moi :). Et surtout pour mettre en avant des artistes qui le mérite. Tant mieux si ça fait écho chez certains. Merci.



shadowbox 30/08/2012 02:48

mais là mais tellement, faut vraiment être de mauvaise foi pour sortir ce genre de commentaire. bon il a quand même le mérite d'aimer les 2 dernières tracks. justement la dernière est absolument
fabuleuse, un bijou
parfois, même si on est loin très loin du field recording, cette galette me fait penser à Science Of The Sea, je ne pourrai dire pourquoi.
en tout cas, album ambient de l'année pour le moment chez oim, avec le James Murray

shadowbox 28/08/2012 02:09

ouais sublime

Chroniques électroniques 28/08/2012 02:32



Bah ouais, hein, clairement. Ca me fout la rage que certaines demi paires d'oreilles réduisent ce joyau à des gazouillis. Nan mais soyons sérieux.



Cornell 15/08/2012 23:04

Sublime

marc 24/07/2012 08:52

c'est bien mignon, mais les gazouillis d'oiseaux en field recordings ça commence à bien faire, aussi c'est un peu trop répétitif enfin les 2 derniers morceaux sont très beaux.

Chroniques électroniques 24/07/2012 21:45



Réduire cet album a ces gazouillis c'est juste un peu lolilol. Et perso, je vois pas où est la répétition.