Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 14:32

Sortie : novembre 2010

Label : Tympanik Audio

Genre : IDM, Industriel, Breakcore

Note : 7/10

 

Après avoir sorti un EP et un album en 2008 sur Bugs Crawling Out Of People, le Canadien Famine a fait sa première apparition chez Tympanik en participant à l'exceptionnelle compilation Emerging Organisms Vol.3. C'est cette fois-ci avec son deuxième long format qu'il s'ouvre les portes de l'exigeante maison de Chicago. Cet artiste est absolument intraçable tant il explore des trajectoires différentes, oscillant entre IDM, breakcore, drum & bass, metal et esthétisme gothique. Va-t-il réussir à nous maintenir attentif tout en s'éparpillant ?

 

Explorer sa propre bipolarité. Voilà le programme proposé par le Canadien. La dague entre les dents, sa fougue déboule avec une énergie débridée dès les premières fractures de Mercury et Powerspender. Bien qu'un brin convenu et scolaire, ces deux premiers morceaux ont malgré tout le don de distinguer les parties visibles et immergées de cet iceberg noir et vénéneux. Sig-Int, déjà croisé sur Emerging Organisms, n'a rien perdu de sa superbe et de son potentiel. Le downtempo et l'IDM classique et infectée de Utarid sert de rampe de lancement idéale aux contours les plus intéressants explorés par Famine. Ceux qui laissent exploser les sentiments de narquoise vengeance, de violences depuis bien trop longtemps enfouies. Tout d'abord avec Remorseless, complément infecté idéal du toxique Blood de Fractional, et ses riffs abrasifs lacérant des boucles drum & bass non moins empoisonnées. C'est assez ludique et ça a le don d'envoyer le bois. Dread Father se montre encore plus heavy, de par ses riffs sévères et ses hurlements gutturaux. Blasphemous Reverence conclut idéalement cette nerveuse trilogie, entre post-metal et post-rock, même si certains synthés un rien vintage ne s'imposaient pas. Le soufflé retombe un peu au niveau du tempo mais pas qualitativement, avec les vrilles et les fausses pistes de Dantalion et de Material Things. Des sensations trop neurasthéniques et trop emo-goth pour être honnêtes planent au dessus des guitares de Woak tandis que l'exceptionnel morceau qui donne ses lettres de noblesse à l'album (Nature's Twin Tendencies) s'élève comme sa pierre angulaire. Véritable chef d'oeuvre glacé de cuts glitchy ciselés et de nappes divinement orchestrées, ce morceau justifie à lui seul de l'achat du disque et atteste que le Ashtray d'Edit n'est désormais plus qu'un lointain souvenir. Sa deuxième partie, plus organique, laisse la place à un solo de guitare dépeignant idéalement toute la mélancolie et la dramaturgie de l'oeuvre. Bouleversant. Après tant de beauté, Everyone Is Happy et son cynisme laconique nous clôt définitivement les yeux.

 

Certains joyaux de cet album effacent aisément ses quelques granuleuses irrégularités. Mais n'est-il pas normal de préférer certaines facettes d'un artiste bipolaire ? Chacun trouvera ses propres réponses au plus profond de lui même. Convenons néanmoins ensemble qu'il n'est pas aisé de succéder à des albums aussi géniaux que ceux de Tapage, Dirk Geiger et Access To Arasaka.

 

http://www.fixtstore.com/img/graphics/IndieStore/Famine_NaturesTwinTendencies%202.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires