Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 17:35

Sortie : 4 octobre 2010

Label : Traum Schallplatten

Genre : Techno aérienne

Note : 7/10

 

Fairmont, de son vrain nom Jacob Fairley, avait livré un excellent album de techno aérienne en 2007 avec Coloured In Memory. A l'époque, sa signature sur Border Community était des plus judicieuse. En effet, difficile de ne pas relier le son de Fairmont à la nébuleuse gravitant autour de James Holden : même souci de faire monter la pression et même idée d'une techno trancey (mais ne s'enfermant jamais dans la triste case réductrice du kitsch mouvement trance). Mais Fairmont doit surtout son envol à Traum Schallplatten, maison accueillant entre autres les travaux de Minilogue ou Extrawelt.

 

3 Cities est la nouvelle odyssée proposée par Fairmont. 4 titres dont l'unique but est de vous envoyer dans l'espace. La recette de Fairmont a beau être éculée, ça marche à tous les coups et les frissons sont garantis. Tout est question de montée stratosphérique sur fond d'électro-trancey finement ciselée. Le morceau éponyme vous amène ainsi haut, très haut, pour qu'implacablement vous finissiez les bras levés comme un couillon. C'est l'exemple type de techno orgasmique qu'on crève d'envie d'écouter en festival à 6h du mat'. Le remix de velours proposé par Ricardo Tobar supprime cette obsession de la montée pour figer le morceau dans un dimanche matin ensoleillé.

Fairmont ne se limite pas à un beat répétitif pour danseur extasié, il sait calmer ses ardeurs sur un très beau Supercluster, downtempo dont le cut massif garde tout de même cet esprit ascensionnelle. Son They Live In The Moon se fait plus deep, plus introspectif pour un résultat en demi-teinte. C'est surtout le remix de Max Cooper qui mérite le titre de remix le plus prenant de l'EP. En 8 minutes imparable, Max Cooper démontre qu'il a parfaitement intégré le cahier des charges de Fairmont. A ce niveau, on ne parle plus de montée mais carrément de décollage. A la fin, il ne reste plus qu'à ramasser ses neurones avec une petite cuillère.

 

Ce 3 Cities permet de retrouver avec un plaisir non dissimulé le Fairmont de Coloured In Memory. Même si on est nullement surpris, on reste une fois de plus scotché par autant de puissance retenue. La techno de Fairmont est un puissant sécréteur de sérotonine.

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires