Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 22:01

Sortie : septembre 2011

Label : PRSPCT Recordings

Genre : Drum'n'bass

Note : 7,5/10

 

Si Eye-D aka Frank Nitzinsky n'a été que rarement évoqué en ces pages, ce n'est pas le cas son compagnon. Noël Wessels, dis DJ Hidden, Semiomime ou encore The Ravenous, est un producteur et DJ à qui l'ont doit des oeuvres comme The World Below (chroniqué ici) taillé dans une drum'n'bass terrible et intelligente. Si elle est son territoire de prédilection, c'est pourtant un chef d'oeuvre insoupçonnable d'IDM imbibée de modern classical qu'a réalisé Wessels il y a six mois, le From Memory de Semiomine (ici), sorti sur Ad Noiseam. Toujours est-il qu'il forme avec Eye-D le duo hardcore The Outside Agency, que nos deux Néerlandais collaborent depuis une dizaine d'années et qu'ils sortent, telle une sucrerie au poivre, telle une diatribe de dnb ironique et acérée, Peer To Peer Pressure, sur PRSPCT Recordings.

 

DJ Hidden fait partie de ceux qui relèvent la dnb de ses écueils essoufflés. Avec Eye-D, ils la savatent et lui administrent bon nombre de balayettes dans la nuque. Peer To Peer Pressure n'a pas la noirceur rugueuse d'un The World Below. Si les influences de genres aux penchants hardcore, du type gabber, que les deux affectionnent se font sentir de temps en temps, l'attrait indubitable de cet album réside dans l'injection de sonorités suaves, de mélodies pulsées et cristallines qui font nombre d'introductions et caracolent sur les solides basslines. Que ceux qui s'imaginent le spectre de la kitcherie et son rictus se reprennent, il n'en est aucunement question. La violence est belle et bien maîtresse, déployant sa majestueuse emprise, vous ronronnant à l'oreille des breakbeats indomptés. En y incorporant des vapeurs de breakcore et de drumstep, des nappes vicieuses et un souffle anarchique, Eye-D et Hidden démontent les beats, les creusent et les maltraitent, tout en leur accordant d'impressionnantes textures liquides. Ceux qui feront l'acquisition de l'objet en format physique doivent s'attendre à d'autres surprises. Les Néerlandais ne se contentent pas de ramoner la dnb à la roquette, c'est une croisade en forme de génial foutage de gueule qu'ils mènent contre la dématérialisation de la musique, le P2P et la consommation minute. Car qui posera le disque sur sa platine va se taper 69 pistes, dont 53 sont des pièces de 6 secondes de silence. Une façon de dire « Toi qui lorsque tu charges des films sur eMule tombe sur du sous-Joe d'Amato, et bien maintenant tu vas bouffer de la musique muette. » Autre détail croustillant, une fois le disque inséré dans un ordinateur, des légendes se joignent aux noms des tracks, du genre de « Exactly one hundred and sixteen and two-third of a BPM », « One shall fall. None shall wobble » (ma préférée) ou « 69. AWESOME CD INSERTED ». 

Pour en revenir au son, que dire sinon commencer par saluer l'incroyable titre d'ouverture, pur condensé de l'album. Ascender : tonnerre de breaks sur fond de délices ingénus, branlée d'uppercut avec un arrière-goût acidulé. Hormis des tracks comme Battlefield et Break You, qui ne m'inspirent pas grand chose par trop de matraquage unilatéral et régressif, Peer To Peer Pressure prône la cohérence et l'absence de linéarité. Eye-D et DJ Hidden ne sont pas The Teknoist (ici), ils cognent mais avec subtilité. Des morceaux comme Beholder, Instinct, Time Device, Rain ou Transformer suffisent à le prouver. 

 

Et lorsque le track 68 délivre une voix graisseuse sur le fond sonore d'un pub aviné, déclamant : « No one gives a shit, writing horrible things about my art and probably don't even pay for the CD, probably download it illegally which is fine but then talk shit on top of it. Fuck you, nobody even read your stupid blog 'cause I know that, 'cause I read on the blog about how much I suck and there is only two views and zero comments and I think I might have read this one before ! », on a juste envie de sourire bien grand. Merci les gars, pas de problème, on est là pour ça. 

 

3160534837-1

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires