Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 17:04

Sortie : juillet 2011

Label : Tympanik Audio

Genre : IDM industrielle et technoïde

Note : 8,5/10

 

Le duo Ex_Tension représente, avec Normotone (interview et chronique ici et ), une frange toute particulière de l'électro-indus française, celle made in Strasbourg et propulsée sur le label chicagoan Tympanik. Vincent Gendrot aka Vxt et Pierre-Yves Hohmann aka Py composent ensemble depuis 1997. Après un premier EP, Needles, Ex_Tension réalise Desert en 2005, EP autoproduit qui se voit aujourd'hui complété et remasterisé. Entre temps le duo est loin d'avoir chômé. Outre de multiples apparitions sur des compiles du genre, deux albums, Legacy et Freedom sont respectivement sortis sur M-Tronic et Signifier – mais n'ont à tort trouvé aucun échos dans nos pages. Six ans après, Desert s'enrichit de 2 titres inédits et d'un remix à cinq mains, composé par Access To Arasaka, Totakeke, Geomatic, Zentrert Ins Antlitz et Sonic Area.

 

Assister à un live d'Ex_Tension est une expérience qui présente des similitudes avec la sensation de se faire ravaler le faciès par les palles d'un hélicoptère - il suffit d'ailleurs d'écouter Journey pour le sentir venir, l'hélico. A l'occasion de l'exceptionnelle Fête de la Musique Electro-Industrielle, en juin dernier à Paris, le duo avait livré une performance démente, sans répit, suintant la sueur et la corrosion, et avait entrainé le public dans des danses hallucinées. Sur disque, cette même tension moite et hypnotique est à l'oeuvre. Desert trempe dans un bain technoïde et tribal, d'où émergent des flaques d'ambient noir, et des raclements et éructations de turbines en surchauffe. Le plus frappant chez Ex_Tension réside dans le caractère hypnotique, presque hallucinatoire des rythmiques. Les boucles cavalent à des vitesses folles. Les montées n'en finissent plus. Il vient certainement le moment de préciser que Desert, long d'1h12, est composé d'un titre éponyme, de 32 minutes, de trois tracks « normaux », et du fameux remix, de 23 minutes. L'infinitude et la dimension haletante décrites plus haut en sont peut-être davantage explicables. Cet album recèle des capacités d'absorption irrépressibles. N'essayez pas d'aller d'un point à un autre, au moyen de transports on ne peut plus communs, avec du Ex_Tension dans le casque. C'est un coup à se retrouver perdu, angoissé, presque incapable de lire un plan de métro. Desert mène dans des souffleries au bord de l'implosion. Les sonorités ont perdu toute consonance humaine pour psalmodier la gloire des machines et du monde digital, que seules d'éparses nappes lyriques nuancent et illuminent parfois.

Il faudrait presque être culotté pour prétendre à la description de Desert, chef d'oeuvre vicieux long d'une demi-heure. Parlons cependant d'une introduction grêlée et inquiétante, mue par une respiration mécanique, et de l'arrivée martiale des drums, tambours épiques sonnant une macabre promesse de fin des temps, sur fond de gargouilles qu'ont égorge. Jusqu'à la moitié, Desert mute en course sublime, mur sonore idéal à l'expression d'une apocalypse en territoire précolombien. Les sonorités tribales se dressent, des nappes claires embrasent le ciel et l'intensité est portée à son comble. Je n'irai pas plus loin. Des trois titres intermédiaires, ma préférence va à Tension 6. Encore une fois Ex_Tension use de ces beats cycliques et circulaires, cinglant la mélodie de coups de serpe. Contrastant avec le pouls métallique du rythme, s'apparentant à un râle, la trame onirique de ce morceau-ci est à tomber raide de beauté et de divine ambivalence. Quant au remix de Desert, according to les cinq pré-cités, disons que, sans avoir la fantastique progression et la cohérence de l'original, il en résulte quelque chose d'assez passionnant malgré tout. Evoquons simplement l'ouverture d'Access To Arasaka (dont une interview paraitra très prochainement), qui opte pour un fond mélodique translucide et délicat, fait de doux carillons détonnant avec la complexité du part-terre rythmique.

 

Desert est un disque époustouflant, métallique et noir comme la crasse. Le pouvoir qu'il a sur l'auditeur impose le plus grand respect et les fusions de drums sauvages et de lueurs miroitantes ont de quoi rendre fou. Les chanceux strasbourgeois pourront assister samedi prochain, à la release party des albums d'Ex_Tension et de Normotone. Comme pour Desert, ceux qui y passeront s'en souviendront.

 

                                2-2011-02-26-preview-e t-desert-front

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires