Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 18:58

Sortie : février 2011

Label : Ant-Zen

Genre : Dark Ambient

Note : 8/10

 

Dire qu'Empusae est une figure des musiques underground relève de l'euphémisme. Le Belge Nicolas Van Meirhaeghe aka Sal-Ocin a marqué de ses noirs concentrés d'ambient, d'indus et de rythmic noise des labels comme Hands Productions, Divine Comedy ou Brume Records. Il est la moitié du passionnant projet Tzolk'in et membre de nombreuses formations telles que This Morn' Omina ou In Slaughter Natives, pour ne citer qu'elles. Le Japonais Shinkiro aka Kotodama, et de son vrai nom Manabu Hiramoto, est l'auteur de plusieurs albums de dark ambient, dont certains virent le jour chez le label français Athanor. La rencontre d'Empusae et de Shinkiro s'appelle Organic.Aural.Ornaments, publiée par le ponte en matière de musiques industrielles avant-gardistes, Ant-Zen.

 

L'oeuvre se divise en six Ornament(s), et retrace une progression irrépressible vers des bas-fonds vierges de repères. Cette immersion requiert d'accepter l'idée d'être poursuivi en permanence par des chimères ectoplasmiques, menaçant lorsqu'elles vous auront atteint de vous abandonner suffocant sur le bord de la route vers les limbes. Les drones deviennent des mirages impalpables, qui vous enveloppent puis vous fuient, et le sol caillouteux sur lequel vous évoluez semble vouloir se dérober à chaque pas. Tissé de dark ambient, de fluides bruitistes, et de résonances hautement organiques, cette album se fait l'image d'une angoisse transcendante, d'un état où l'isolation parfaite semble le seul recours à la tyrannie médiocre de la surface. Si l'ambient, dans sa forme la plus ténébreuse, est la torche ondoyante qui guide ce périple, mélodies et rythmiques ne se trouvent point escamotées. Plus l'on s'enfonce, plus les échos de troubles rituels se font entendre. Les rythmiques tribales et le roulement syncopé des drums entraînent une nette montée de la saturation de l'air. Emporté dans des spirales hypnotiques et opiacées, tout bon sens ayant depuis longtemps déguerpi, on cède à la tentation de la chute, oubliant quelles terrifiantes cavernes nous accueilleront plus bas.

Le dark ambient glaçant des First et Second Ornament(s) constitue une traumatisante mise en bouche. Electriques et stridents, des insectes bioniques sifflent à nos oreilles, tandis que des nappes spectrales brouillent toute pensée claire et criblent l'espace de brumeuses interférences (First). Sous les heurts d'un gong synthétique, la tension montera de plusieurs crans (Second). Mais au sein des abstraits et divins soundscapes, perce une insoupçonnée mélancolie. Le sublime Third Ornament ne pourra qu'en attester, lorsque derrière son entêtante rythmique, se libère, pur et paralysant, le vénérable chant des spectres. Une caresse de notes translucides ouvre le quatrième. Des cordes déchirent le coeur, et sous le rythme martial et funeste, en pauvre naïf béat, on continue de sombrer. Fifth Ornament signera la sentence céleste. Tel le galop effréné du char d'Hadès, cette cinquième parure est la course épique de celui qui comprend qu'il est désormais vain de tenter d'y réchapper. Comme tout souffle de vie, les mélodies ont déserté le final Sixth (Styx?). Ne plane plus qu'une puissante odeur de souffre, qui ne s'éteindra qu'à l'ultime exhalation du dernier des organismes.

 

A nous pauvre mortels, Empusae et Shinkiro offrent plus qu'un voyage initiatique, une descente dans des ténèbres inatteignables. Derrière le superbe artwork en filigrane de Salt se cache un objet dangereux, que seul les plus téméraires oseront pénétrer. Advienne que pourra, joyeux cauchemars.

 

zen-act252-x3

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

madfab 03/04/2012 22:00

Empusae a un sens unique de la mélodie, puissante et fluide à la fois...son style "lyrique" n'evite ps l'emphase ms quelle force d'évocation!!!...merci pour la découverte ...(Shinkiro, je ne
connais ps ...) bien à vous !!!

WeirdLittleMan 13/03/2011 14:39


Très belle chronique d'un album qui mérite amplement ces louanges !