Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 20:34

Sortie : avril 2010

Label : Echodub

Genre : Ambient Dubstep

Note : 8/10

 

Le nébuleux collectif et label Echodub doit sa gérance à l’Ecossais Alex Crowls. Sous son alias DFRNT, il sortait l’année dernière le très bon Metafiction (chroniqué ici), et lance aujourd’hui le deuxième volet des Echodub Loves, compilations qui mettent en lumière des artistes plutôt confidentiels, qui sondent les tréfonds de ce qu'on appelle parfois l’ambient dubstep. Sous différentes formes, la combinaison du dubstep et de l’IDM a déjà dignement fait ses preuves, par le biais d’artistes tels que Ital Tek, Autopilot ou Scuba, ou plus globalement derrière les défrichages de Mike Paradinas chez Planet Mu. Echodub s'immerge encore un peu plus en prolongeant ce mariage d’une dimension ambient, qui enduit les sons d’un calme planant. Voyons donc ce qu’il en est de cette sélection regroupant des producteurs aux noms peu familiers.

Le résultat ne se fait pas attendre. Echodub Loves vol. 2 affiche un éventail de sons et d’artistes habiles et talentueux. Axée sur du dub synthétique ralenti, la sélection d’Alex Crowls tend si bien vers une électronica cristalline que vers de l’ambient ou du dubstep burialisant. Le traitement des textures est proche de celui des productions de dub techno, avec son fini poudreux, ses échos denses. Cette compilation s’apparente à un objet abstrait et captivant, un concentré d’effluves opiacées et de plages brillantes et brumeuses. D’autre part, la proportion de très bons titres sur cette seule compilation accrédite sans conteste les travaux du label.

Box Mouse entame avec le lancinant 5:37 Outside The Station, ouvrant ainsi sur des territoires sombrement déchirés. Des nappes électrisantes et de minimalistes syncopes rythmiques peuplent ces sphères, parfois illuminées de carillons argentins (All Wet de Think). Svpreme Fiend s’illustre pour sa part avec un Prover qui n’est pas sans rappeler le céleste Broken Home de Burial. Les ambiances sont loin d'être figées, Vangera appose des chants arabes sur le dubstep en cavale du génial India Joya, tandis que Dminus opte pour une veine résolument deep-house. Mais les deux réelles tueries viennent d’un certain Jas et du Croate Egoless. Sur In A Heartbeat, le premier dépeint en intro un univers des plus inquiétants, où un rythme cardiaque croise une respiration hallucinée, accélérant peu à peu. Puis c’est l’implosion, des basses cinglantes torpillent le beat, ondulant sur des airs de féria bohémienne. Quant au Back Home d’Egoless, il illumine le disque à lui tout seul. Les basses calmes et sages et le sublime piano en font l’un des plus beaux morceaux qu’il m’ait été donné d’entendre récemment. Un artiste sur lequel il ne faudra pas manquer de se pencher.

Cette compilation d’Echodub se révèle être une excellente galette, mettant à portée de tous un genre profond de musique expérimentale. En effet -  et comme la confidentialité se distribue sous la manche - Echodub livre gracieusement sa sélection sur son site, en téléchargement gratuit. Tremendous.

                              

                                echo003.jpg

 par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires