Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 21:12

Sortie : novembre 2009
Label : Hammerbass


Cela faisait 5 ans que l’on n'avait plus entendu parlé de Dubphonic. Après un premier album prometteur en 2003, Smoke Signals, le trio parisien retourne en studio pour la préparation de ce qui deviendra Relight... et y reste pour 3 ans.

Et à vrai dire, il semble que Stefane Goldman, Alexis Mauri (aka Alexkid) et Sylvain Mosca ont su mettre leur temps à profit puisque Relight a tout de l’excellente surprise. Si Smoke Signals était résolument orienté dub, ce second opus s’inscrit dans une veine beaucoup plus trip-hop. Des pérégrinations méditatives de synthétiseurs se posent sur des lignes de basses languides et lourdes, et des mélodies de guitare, piano et flûte s'accolent aux breaks filtrés. Le groupe mêle avec une grande fluidité des influences jamaïcaines, africaines à ses ondulations électroniques, avec un perpétuel soucis du groove. Si la cohérence est indéniable, les ambiances se succèdent, variées : la poussière des rues de Kingston (All You Weed Is Love) fait place à des volutes aériennes aux accents électronica (le superbe Parachute), pour finir sur une course moroderienne contre la montre (Outland). Autre nouveauté chez Dubphonic : quatres morceaux sont chantés. On retiendra particulièrement le flow insisif de Mau, moitiée du groupe anglais Earthling, sur Ricky Balboa et les caresses de la voix de Liset Alea sur le The Only Girl On Earth introductif. L'épique Nora Sun se distingue du reste de l'album, l'escalade haletante des synthés n'autorisant pas de possible redescente.

S'il est vrai que les représentants de la scène trip-hop française ne sont pas légion, Dubphonic s'impose comme un des chefs de file. Relight, avec ses ambiances cinématographiques et son groove nonchalant, s'inscrit dans les réussites de 2009.

http://img.over-blog.com/300x300/3/53/72/73/DUBPHONIC_Relight.jpg_m.jpg

par Manolito

 

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires