Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 20:17

Sortie : septembre 2010

Label : n5md

Genre : IDM

Note : 7/10

 

Lorsque l'on cite le nom de Mike Cadoo, on pense immédiatement à ses légendaires et intemporels travaux au sein du duo Gridlock, en compagnie de Mike Wells. Ceux qui se sont plongés dans le meilleur de l'IDM mêlée d'Indus de la fin des 90's à la moitié des 2000's, savent que la trace que le duo a laissé demeurera à jamais indélébile. Les albums Further, Formless, Trace et The Synthetic Form se doivent de figurer dans la discothèque de ceux qui aujourd'hui, encensent Tapage, Hecq ou Access To Arasaka. Seulement voilà, le duo s'est mis en sommeil en 2005. Cadoo se consacre à ses projets Bitcrush (dont un album de remix est chroniqué ici) et  Dryft, dont on était orphelin de nouvelles depuis 2000. Signalons tout de même que même si Wells ne compose que très peu depuis la mise en sommeil de Gridlock, il est celui qui fut responsable du mastering du magistral The Sound Of Love Impermanent de Ginormous (ici). Ventricle déboule donc comme le messie pour tous les fans de Gridlock qui apprécient également Bitcrush mais qui regrette l'absence totale de violences industrielles dans ce projet. Après avoir sorti le superbe dernier album de Proem (ici), le label américain n5md tente de relever ce périlleux défi.

 

Inutile de regarder vers le passé, aussi somptueux soit-il. Ventricle est à evisager comme une oeuvre massive, où les nappes chatoyantes et épiques de synthétiseurs entrent en collision avec des beats écorchés au scalpel. On rentre alors dans une expérience spatiale, à la poursuite de comètes enflammées qui cherchent une planète gazeuse et accueillante pour se crasher. Les sublimes Vapours and Waste et Transmission illustrent à merveille cette théorie du cataclysme romantique. Sur le dernier cité, le néolithe en fusion semble en proie à une lutte interne, refusant de s'étioler et de redevenir poussière. Il a le courage du spermatozoïde potentiellement vainqueur, uniquement concentré vers sa cible et la réussite de sa mission. L'image de l'astéroïde comparé au têtard de la vie et d'une planète comparée à un ovule est d'ailleurs des plus évocatrices, mettant en parallèles pas si éloignés, la destruction et la création.

Loin de ces théories plus que subjectives et un rien psychotiques, on saluera le travail de batterie sur le très bon ...And Again. Ce qui confirme que la deuxième partie de l'opus souffre beaucoup moins de ce petit côté surchargé qu'on rencontrait sur Recalcify ou No Bargains, No Pleas. Léger accroc, qui n'enlèvera rien aux superbes Marked Velotin et Knives As Gifts, où l'aigri nostalgique que je suis ne peut que se remémorer... Gridlock.

 

Ventricle est à n'en pas douter un très beau disque, mais il est pourtant impératif de le dissocier de ses illustres contemporains. Les synthétiseurs prennent le pas sur le beat et la rythmique cérébrale, mais le résultat est bien plus qu'honorable. Nostalgie malgré tout, quand tu me tiens entre tes mains...

 

http://n5md.com/releases/181.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires