Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 10:23

Sortie : 25 avril 2011

Label : Traum

Genre : Techno luxuriante

Note : 8/10

 

Artiste techno injustement mésestimé, Dominik Eulberg est pourtant un compositeur pointilleux dont chaque sortie est souvent unanimement encensée. Pour preuve son excellent dernier album en date, Heimische Gefilde. Il faut bien avouer que le p’tit père semble n’en avoir rien à foutre du succès et de son lot d’emmerdes qui s’en suit. Dominik préfère ganbader dans la rosée matinale de sa campagne teutonne, tel un hippie des temps modernes. D’ailleurs, quand il n’adopte pas la posture du geek derrières ses machines, il fait office de guide en forêt via sa formation naturaliste. Faut bien avouer que sur un CV, c’est loin d’être glamour pour un mec dont la musique semble pourtant carburer aux psychotropes. Pour Diorama, son 4e album, Dominik s’est une nouvelle fois rapproché de la nature via le magazine allemand NABU.

 

Passons sur l’optique bio de l’album pour nous concentrer uniquement sur la musique. Diorama est une cinglante réussite, un album de techno finement agencé pour un résultat en tout point exemplaire. Dominik Eulberg est un orfèvre de la techno, on sent que la moindre sonorité est dûment réfléchie. Il en ressort une humanisation poignante permettant ainsi de complètement happer l’auditeur. Pour cela, Dominik ne lésine pas sur la profondeur des basses et sur des nappes amples et confortables. L’ensemble semble ainsi caoutchouteux et on se prend à fermer les yeux en s’imaginant rebondir sur un matelas de mousse végétale.

En y insufflant une fine touche d’IDM et en évitant de rester statique, Diorama est à l’image de la passion première de Dominik, les petites plantes vertes. Tout semble en mouvement, chaque morceau se déploie spontanément avec une rare évidence. C’est con à dire, mais oui, Diorama est un album naturaliste. Mais alors qu’on aurait pu tomber dans l’exercice de style pour bobos adhérents à l’Amap, on erre dans un monde à mi-chemin entre la mélancolie et l’imparable.

Irrémédiablement, Diorama fait penser aux récents travaux de Pantha Du Prince. Notamment lors d’un Wenn Es Perlen Regnet tout en fines ondulations parcourues par des petites clochettes enfantines. On reconnaît aussi l’identité sonore d’Alex Smoke lors de premiers morceaux organiques, notamment un Teddy Tausendtod aux sonorités vicelardes n’épargnant ainsi pas les danseurs récalcitrants. Et quand Dominik Eulberg joue avec nos nerfs sur H2O via un conditionnement initial nuancé avant un fantastique décollage, on se dit que décidément, ce mec a la classe.

 

Avec Diorama, Dominik Eulberg confirme le fait qu’il est un artiste talentueux et précieux. En offrant, une nouvelle fois, un album finement travaillé, Dominik démontre que l’on peut rester cohérent en suivant avec rigueur une ligne de conduite, le tout sans se répéter et tomber dans la facilité. Diorama est un album profond et luxuriant qui risque fort de marquer l’année techno 2011.

 

http://www.wunder.dominik-eulberg.de/wp-content/uploads/2010/10/diorama-cover.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

xma 20/12/2011 00:23

bah moi il faut que je le dise ... je suis super déçu !! j'ai bavé devant la chronique, je viens d'écouter et franchement je vois pas le lien avec pantha dp ... j aurais préféré une moins bonne
chronique et un meilleur skeud !!

pSk 16/05/2011 08:19


Cet album m'a fait rêver. Merci d'en avoir fait un article, le dernier titre que j'avais écouté de lui c'était Bionik il y a 4-5 ans.
Ravi de voir qu'il a grandi. Bien grandi!


funky5 13/05/2011 15:33


ça doit cartonner en forêt.....
d'album en album il s'améliore
De la techno pas que bêtement dancefloor.Les mélodies font toujours mouches.
Je trouve que la techno se porte très bien cette année...


Chroniques électroniques 14/05/2011 11:24



Après un début d'année un peu morne, oui, en effet, tout s'arrange pour la techno. Les bons albums sont en train de s'enchaîner et c'est plutôt agréable.


 


B2B.



Mat 03/05/2011 16:57


Pour Robag Wruhme, son dernier mix n'est pas mal non plus.
Pour ce qui est de Dominik, j'ai découvert suite à la chronique "heimische gefilde". Vraiment très très bon. Dommage que le bonhomme ne soit pas plus connu que ça.
Les interludes entre chaque tracks, sont assez gonflantes par contre..
J'ai plus qu'a m'attaquer à Diorama après avoir mieux cerné le monsieur...
Merci encore en tout cas CE pour toutes ces découvertes !


Chroniques électroniques 03/05/2011 18:28



De rien.



BOUCHONNEAU 01/05/2011 09:33


Tout a fait d'accord Eulberg est un artiste totalement et injustement méconnu. Son dernier album en date est bionik paru sur cocoon et non heimische gefilde je crois mais ça on s'en fout ttes ses
sorties tutoient l'excellence. Si je puis me permettre, jeter une oreille aussi sur le denier Robag Wruhme, "thora vukk", pas mal en tout cas meilleur que la moyenne des sorties actuelles.


Chroniques électroniques 01/05/2011 11:40



Je n'ai toujours pas écouté le Robag Wruhme mais ça ne saurait tarder.