Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 13:35

Sortie : 7 décembre 2010

Label : Sub Pop Records

Genre : House tranquille

Note : 7/10

 

Le Californien Dntel est un producteur plus que respecté dans la sphère électro-pop puisqu’il s’agit, ni plus, ni moins, que de James Tamborello, moitié du duo The Postal Service (avec Benjamin Gibbard, chanteur de Death Cab For Cutie). The Postal Service qui en 2003 avait sorti l’album d’électro-pop ultime, Give Up, aujourd’hui encore indétronable. Mais Dntel, c’est aussi un producteur de musique électronique inspirée, un mec qui sort peu de disques pour éviter les déchets. Ainsi Dumb Luck (2007) était une cinglante réussite dans l’exercice périlleux des collaborations (et pas des moindres : Grizzly Bear, Conor Oberst, etc.).

La sortie d’After Parties chez Sub Pop permet de retrouver notre Angelino. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’un album à proprement parlé, mais du rassemblement de 2 EP, After Parties 1 et After Parties 2, le tout pour 8 morceaux en à peine 40 minutes.

Fini l’électronica pur des derniers albums, place à une house cotonneuse. Les fans du dernier Four Tet devraient largement trouver leur compte dans cet exercice. Bien que cet After Parties soit minutieusement travaillé, on ne peut tout de même crier au génie. Contentons-nous d’apprécier simplement ces 8 plages nous plaçant finement en apesanteur.

L’éponyme After Parties, ouvrant les hostilités, permet de directement tomber dans une house mélancolique, tout en nuances. Fatalement, le titre renvoie à ces petits matins blêmes, lorsque l’on se laisse aller à un docile chaloupement des corps. On retrouve l’identité Dntel/The Postal Service, cette délicieuse alchimie entre spleen et euphorie. Il faut dire que Dntel sait y faire, notamment dans un traitement du son permettant d’assouplir l’ensemble. Flares donne ainsi l’impression de marcher sur du coton, pendant que Peepsie verse du côté des sonorités aquatiques et que Aimless donne l’impression de déambuler dans une fête foraine chancelante. Il ne vous reste plus qu’à regarder par la fenêtre la neige tomber lentement, en écoutant la house planante et évanescente de Leed.

After Parties est une fragile parenthèse émotionnelle, le genre de disque qu’on écoute au chaud lors d’une fraîche matinée hivernale. Dntel signe un pacte de non-agression où il fait bon se lover.

 

http://cdn.pitchfork.com/media/dntel.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires