Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 14:26

Sortie : Mai 2012

Label : Comatonse

Genre : Deep-house

Note : 8,5/10

 

Impossible de passer une année entière sans que je vienne vous parler, à un moment donné, de DJ Sprinkles, aka Terre Thaemlitz, meilleur producteur house en activité. Deux chroniques d’album dans nos lignes et deux 9/10 dans la poche, premièrement en 2009 avec le sublimissime Midtown 120 Blues (chronique ici), deuxièmement en 2011 avec la réédition de Routes Not Roots sous l’entité de K-S.H.E. (chronique ici). Je vais éviter de vous refaire le coup de la bio, d’autant qu’avec Terre Thaemlitz l’entreprise est des plus complexe. Résumons cela en quelques tags réducteurs : androgyne, fagjazz, politique, lancinance, Japon, sexe.

L’annonce de la sortie d’un EP avec Mark Fell ne pouvait qu’augurer du meilleur. Mark Fell faisant lui aussi partie de la crème des créateurs house, dans un registre résolument plus difficile d’accès. Les trop rares personnes ayant écoutées l’hermétique, mais fascinant, Multistability (évidemment sorti sur Raster Noton) peuvent en témoigner. Mais Mark Fell est davantage connu pour ses expérimentations électroniques avec son comparse Mat Steel, sous l’entité SND à l’aube des années 2000.

 

Je ne vais pas épiloguer trois plombes sur Complete Spiral EP (sortant sur l'exigeant label Comatonse), la bête se résumant à trois titres, mais quels titres !

La rencontre entre nos deux génies tient ici du miracle. Le résultat est une deep-house répétitive, prenant racine dans l’esthétique house 90’s et l’idéologie contestataire des 80’s. Complete Spiral est un EP affichant clairement son aspect revendicatif. Ainsi, Say It Slowly (N.U.M. mix) utilise un discours de l’anglais Arthur Scargill, ancien leader syndical du National Union of Mineworkers qui avait tenu tête à Margaret Thatcher en 1984-85 lors de la terrible grève des mineurs. L’allocution d’Arthur Scargill apparaît en filigrane du morceau, habitude chère à Terre Thaemlitz qui sait qu’un monologue susurré a plus d’impact qu’une violente diatribe, puisque réclamant une attention totale. Le discours se trouve donc submergé par un beat épais, annonçant une house minimaliste et répétitive, avant qu’une nappe lointaine, à peine perceptible, ne viennent parachever l’ensemble. Lorsque le morceau se conclut sur les mots « I hate capitalism », nous sommes prêts à fomenter une insurrection.

Say It Slowly (Hee-Haw mix) prend les rênes. L’ossature est identique au précèdent titre mais le discours s’efface pour laisser place à une voix lointaine et ultra-sexuée. La sève peut monter.

C’est à Complete Spiral de clôturer ce trop court voyage. Ce bijou de plus de 12 minutes est exemplaire de sobriété et d’intelligence. On sent davantage la marque de Mark Fell dans la façon d’agencer avec une précision chirurgicale, et de manière quasi-nonchalante, les différents éléments. Entre deep-house et soul, la moiteur devient étouffante et la lancinance absolue. Les ravages sur le corps risquent d’être irrécupérables.

 

Complete Spiral EP vient démontrer qu’une collaboration peut parfois déboucher sur une pépite. Aussi courte soit ce partage entre DJ Sprinkles et Mark Fell, n’hésitez pas une seule seconde. Des EP house aussi brillants, il en tombe très rarement.

 

http://image1.playgroundmag.net/web/imagine/D1_490/admin/files/dj-sprinkles-mark-fell_230512_1337764618_59_.jpg?1339605595

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

MaxB45 25/06/2012 01:13

Merci pour cette très bonne chronique, comme souvent par ici!
Je me demande si vous allez chroniquer quelques sorties que vous n'avez bien sûr pas pu manquer, notamment le shackleton, le dernier moritz von oswald, ou encore le delta funktionen ou le LP des
boss de smallville?

Je vous lis régulièrement, bravo pour votre travail de pionner! Si on est nombreux à
vous suivre ce n'est pas pour rien.

Chroniques électroniques 25/06/2012 08:14



Non pour le Shackleton (même s'il est intéressant), sans doute oui pour le Moritz von Oswald, clairement oui pour le Delta Funktionen et le Smallpeople.



P.L 21/06/2012 14:44

Ah c'est tout à fait excellent !! Ah merci beaucoup, commandé ! :)

P.L 19/06/2012 22:27

Intéressante review merci ! Amusant car en ce moment je cherche justement désespérément à me procurer Midtown 120 Blues... Une idée où je pourrais trouver cette pépite ? :)

Chroniques électroniques 20/06/2012 10:35



Sur le site du label Comatonse : http://www.comatonse.com/releases/stock_midtown120blues.html